mardi 31 août 2010

La haine doit-elle engendrer la haine ?







Joseph GUERDNER tué par un gendarme à Draguignan, Luigi tué à SAINT AIGNAN par un gendarme, Cédric tué à Béziers d’un coup de couteau, un quatrième tué en prison, sans compter les agressions physiques à plusieurs contre UN ;

Le lien commun ils étaient tous Rrom de divers horizons, sédentarisés ou non.

Hormis Joseph GUERDNER, les trois derniers plus les agressions physiques l’ont été depuis les déclarations tonitruante sécuritaire du chef de l’état envers les Rrom, gens du voyage enfin des amalgames dont il use et abuse.

Depuis la réforme des retraites, les affaires Woerth, Joyandet, Blanc etc. sous l’éteignoir !

Ce qu’il faut à notre avis c’est éviter le piège de la haine contre la haine, bien sûr nos tripes se nouent quand on connaît notre passé, que l’on vit le présent il nous est d’autant plus facile de prévoir tout ou partie de notre avenir. C’est la raison pour laquelle nous ne cessons d’appeler au calme nos communautés lors des manifestations. Car l’avenir pour nos communautés c’est risquer de voir d’autres de nos compatriotes tombés sous les coups de cette police qui n’a de la haine uniquement contre les Rrom car tous les journaux le démontrent les interventions dans les cités dites sensibles pour des vols, trafics de stups et autres : ils sont munis de gilets pare-balles, c’est tout.

Lorsqu’ils démantèlent un camp dit illicite alors tout change ils sont harnachés comme des « tortus ninjas ». Au moins ils peuvent démontrer le danger représenté par des familles de Rrom démunies de tout et dont plus de la moitié sont des jeunes enfants, personnes âgées et femmes. Si ce n’était si triste cela en serait risible.

Mais voilà la haine est montée en épingle par nos gouvernants et avec des morts cela n’est plus risible du tout, bien au contraire.

Malgré nos appels à une table ronde pour tenter de trouver des solutions adaptées, à ce jour aucune réponse, et lorsque l’on analyse les évènements depuis les dernières élections présidentielles, on s’aperçoit que le seul souci de notre président c’est le « paraître ». Et ce qui l’a conduit à prendre ces décisions se sont les sondages qui ont démontré que sa popularité s’était réduite à une peau de chagrin et la perspective d’être battu en 2012 lui a fait reprendre ces vieux démons sécuritaires qui l’ont servi en tant que ministre de l’intérieur. Il pense certainement que c’est une sucette qu’il peut reprendre à souhait mais entre temps les choses ont changé et cela il ne l’a pas compris.

Nous réitérons nos appels au calme pour les manifestations du 4 Septembre nous ne voulons plus pleurer nos blessés ou pire.
Enregistrer un commentaire