samedi 21 avril 2012

A méditer


En lisant le dernier numéro d’AMNESIE INTERNATIONALE, quel n’a pas été notre étonnement en découvrant l’interview d’un responsable d’une association tzigane tenir les propos suivants sur la proposition de loi concernant la reconnaissance du génocide tzigane (samudaripen) lors de la seconde guerre mondiale et nous citons :
« …..est-ce pour satisfaire la mémoire de quelques vieux tziganes qui n’en demandent pas tant ?, est-ce pour mettre en avant telle ou telle association ?..... »

Alors il faut lui retourner la question, sans polémique aucune :
-          Est-ce que la reconnaissance de la Shoa  était pour satisfaire la mémoire quelques vieux Juifs qui n’en demandent pas tant ? !
-          Est-ce que la volonté de la communauté arménienne que soit reconnu le génocide arménien est pour satisfaire la mémoire de quelques vieux arméniens qui n’en demandent pas tant ? !

Nous disons fermement NON c’est une nécessité, car une loi mémorielle dit bien ce qu’elle veut dire à savoir : c’est une loi qui va dans le sens du devoir de mémoire qui permettra à nos jeunes Rrom  de s’en imprégner et de prendre connaissance des évènements de cette triste époque.

Quant à mettre en avant telle ou telle association il faut rester sérieux car en ce qui nous concerne nous n’avons de cesse d’appeler à l’union des associations Rrom sans prérogative aucune.

Nous en avons fait la preuve lors de notre conférence de presse du C A R G T du 07 novembre 2011 sur le Marseillois où nous avons réussi l’Union sacrée de toutes les tendances politiques : UMP, PS, PC, VERTS, JAF etc. Les courriers que nous recevons à ce propos, nous donnant leur soutien  de Sénateurs et Députés de tous bords mettent en mal un tel raisonnement, mais peut-être que ce « gadgé », comme il se définit lui-même, voit à un moment donné, ses vieux démons ressurgirent.

Pour nous il est clair qu’il n’y a qu’une race au monde : la race humaine.

Nous renouvelons notre appel à l’union des populations et organisations Rrom, sans prérogative aucune, sur cette volonté de reconnaissance du génocide (samudaripen) dans le seul souci de faire aboutir quatre des principales revendications :
-          Reconnaissance du génocide tzigane lors de la seconde guerre mondiale,
-          Arrêt définitif de la chasse aux Rrom avec mesures adéquates en vue d’intégration,
-          Application stricte de la Loi Besson les aires de stationnement et de grand passage,
-          Abolition du carnet de circulation.

Si nous arrivions à l’unité sur ces questions est-ce que l’on ne pourrait pas penser que les dirigeants de notre pays ne seraient pas acculés dans leur dernier retranchement et seraient tenus d’être favorables à ce qui précède. 


Enregistrer un commentaire