dimanche 11 décembre 2011

Tsiganes – Le chant des Roma…..- (11)



-11- La musique, alliage unique

Dans tous les époques et tous les régions traversées, les Tsiganes ont été connus comme des gens du spectacle, acrobates réputées, montreurs d’ours ou dresseurs de chevaux, ce dont on retrouve déjà des traces en 692 : cette année là, Canon LXI de Trulho menace de six ans d’excommunication tout Chrétien, « y compris Athinganoi », qui donnera en représentation des ours et autres animaux dans le but d’amuser les gens ou de leur dire la bonne aventure.

Poursuivie au fil des siècles malgré de nombreux interdits, cette tradition est maintenue jusqu’à l’époque actuelle par quelques familles du cirque. Musiciens, chanteurs et danseurs gratifiés de dons hors du commun, les Roma ont fait le bonheur des foules anonymes qui leur ont adressé de simples remerciements et de monarques qui les ont largement récompensés.

Depuis les origines, la musique, moyen essentiel d’exprimer émotions et états d’âmes, est peut-être le seul vrai procédé de communication pour ce peuple dont aucun autre ne comprend la langue. Alliage façonné au cours de siècles de migrations apportant dans chaque pays ce qui a été recueilli en chemin, amalgame parfois fantasque d’innombrables influences culturelles, elle se caractérise par une diversité dûe à l’une des rares intégrations qu’aient pratiquée les Tsiganes : se conformer à un moment donné aux arts populaires de l’endroit où ils se trouvent.

Mais, diaboliques instrumentistes, formidables vocalistes dont la différence est dûe tant à une façon de pousser les notes qu’à des sonorités des voix troublantes, déconcertantes et captivantes, ils y ajoutent la personnalité. Leur musique n’est pas simplement belle : elle touche au sublime parce qu’elle parle au cœur. Exprimant la séduction du chaos tsigane, elle fait entrer dans l’intimité d’un peuple misérable mais orgueilleux qui sait en un éclair passer des larmes au rire. Lorsque joue et chante le Tsigane, la vie éclate et bouillonne, libérant toute la disparité et l’ambivalence de son peuple : la caractéristique première de la musique tsigane, c’est l’humeur, heureuse ou triste.

Digérant des genres accumulés au cours de leur continuel périple, les Roma y ont ajouté leurs styles, exceptionnels. Ils ont en partie façonnés les musiques du Proche Orient, celles de l’Europe de l’Este, la musique klezmer juive et bien sûr le flamenco, tout comme leur influence s’est étendue au jazz, lui apportant un toucher et une rythmique de guitare que personne encore n’a égalés.

Dans la musique classique, nombreux sont les grands compositeurs qui ont reconnu, voire revendiqué, une influence tsigane sur leur œuvre, parmi lesquels Bizet, Brahms, Dvorak, Verdi, Rachmaninov, ou Bartok, dont la Rhapsodie Hongroise n°1 s’est nourrie es danses de Transylvaie.
Enregistrer un commentaire