dimanche 7 août 2011

L’intolérance




L’intolérance n’a depuis la libération jamais atteint un tel niveau suite au discours (sécuritaire) de Grenoble de fin juillet 2010 et ce dans toutes les villes du département mais aussi de France.

Celles-ci n’ont jamais connu de politique aussi hargneuse à l’égard des Rrom par la banalisation des déclarations à fortes connotations racistes et des attaques contre « l’immigration » y compris celle que l’on dit légale.

Depuis une décennie et l’arrivée au Ministère de l’Intérieur de l’actuel Président de la République et ses décisions prises, ont eut pour effet de grignoter le peut d’avantages allant jusqu’à annuler les lois de 1990 et 2000 lesquelles reconnaissaient aux gens du voyage, ainsi qu’à leurs familles, le droit au logement entre autres.

Ensuite des circulaires datant de 2003 et 2007 tendant à faire ressembler les gens du voyage à des criminels y compris pour les femmes à des prostituées Rom.

L’ensemble de la classe politique s’en est prise à cette population dont le mode de vie ne correspond pas à celui habituellement pratiquée telle que les gitans sédentarisés, dont l’amalgame avec les familles de Rom de Roumanie traitées de tous les noms d’oiseaux et responsables de tous les maux qui subissent un éclairage particulier.

Même Monsieur GAUDIN, sénateur maire de Marseille, dans un article concernant le parking aérien de la Porte d’Aix (entrée de Marseille) a dit : « ces Rom il y en a trop dans cette ville, qu’ils aillent voir ailleurs » alors que tout le monde sait bien que Marseille est une des villes les plus cosmopolites de France.

Le sort des Rrom relève directement des autorités nationales sous la houlette du gouvernement notamment en matière de logement, éducation, emploi, santé. Pourquoi la France se trouve-t-elle à des années lumières de la politique européenne en ce qui concerne l’intégration des Rrom ?

Des programmes les concernant sont mis en place par l’Union Européenne et malgré la condamnation de Madame Viviane Reeding , commissaire européenne de la politique française en ce domaine, celle-ci continue !

Mais nous posons la question : comment peut-il en être autrement lorsque l’on sait que Monsieur SARKOZY lors de sa Présidence de l’Union Européenne, suite à un courrier que nous lui avions adressé concernant le sort des Rrom en Italie il nous avait répondu « je ne puis intervenir auprès de Monsieur BERLUSCONI car l’Italie est un Etat souverain en ce qui concerne sa politique ».

Aujourd’hui Monsieur le Préfet à l’Egalité des Chances dans les Bouches-du-Rhône, en ce qui concerne les Rom de la Porte d’Aix déclare : « ils appartiennent à des réseaux mafieux… » ceci afin de détourner la réflexion sur les vrais problèmes sachant pertinemment que ces membres de l’Union Européenne n’ont pas besoin de réseau pour se déplacer.

Il leur manque surtout : le droit au travail, un logement afin que les enfants poursuivent une scolarité normal c’est un minimum, lorsque l’on connaît le mode de vie auquel ils sont soumis dans leur pays d’origine.
Enregistrer un commentaire