mercredi 17 novembre 2010

Finn nous a écrit

Nous connaissons Finn, un ami Irlandais, que par le téléphone et Internet. Il a souhaité apporter son aide à notre commnauté qu'il affectionne particulièrement et vous pourrez lire ci-dessous son bonheur





J'espère que ces quelques mots vous trouvent en pleine forme et baignée dans la beauté de l'automne! Quelle joie de voir les arbres qui nous parlent a travers les jours en rougissant de tous qu'ils ont vu durant l'année....
Je voulais écrire pendant les vacances mais comme d'habitude je passe ma journée a faire du vent et m'aveugler dans la poussière.
Le travail d’alphabétisation avec les jeunes Catalans avance et j'en suis heureux. Heureux de leur esprit entier, de leur spontanéité et de leur amour. Je serai menteur si je ne disais pas que quelquefois le travail est très dur.

Mes premiers sentiments étaient d'essayer de leur faire comprendre que lire et écrire leur permet une liberté d'expression dans une société dirige par des gens qui, pour le plupart, ne veulent pas les comprendre ou connaître. Je leur disait, vous devriez apprendre a lire et écrire parce que votre peuple a besoin d'avocats, docteurs, professeurs.

De temps en temps après une matinée de chaos, je montais le ton de ma voix et leur disait qu'ils avaient, même, une responsabilité!!!

Certains me regardaient avec colère. D'autre s'en foutaient. Et puis, une fois ma crise passe, ils m'accordaient cette attention vraiment sincère qui émane de leur esprit.

(Je ne sais pas si je suis clair et vous demande de m'en excuser si mes paroles semblent décousues.)

En tout cas, je me suis dit pendant les vacances...juste, apprends ce que tu dois apprendre et sois plus patient. Les injustices ne vont pas disparaître immédiatement et ce n'est peut être pas aux jeunes de poser ce fardeau sur leurs épaules.

Madame Labbe, ces enfants, ce sont d'une tendresse et amour qui est juste magnifique.

Fabrice, le professeur, est d'une sagesse et est hautement respecte par les parents qui pour une partie vivent dans une souffrance économique terrible. (Le camp ou ils vivent pour la grande partie est, semble t il, en dehors de la communauté locale. Cette souffrance tient violence, alcool, drogues et surtout misère.)
Et donc, les jeunes trouvent une certaine fierté dans l'utilisation de la violence. Ce n'est pas uniquement parmi les jeunes gitans mais elle est accentue chez eux.

Mais parmi les gadjé il y a presque autant mais ce n'est moins ludique.
J'entame petit à petit une démarche théâtrale; ils ont un talent naturel pour l'expression!!

Nous allons essayer de mettre en marche un 'blog' qui sera super pour afficher leur art....

J'ai pour l'instant un peu du mal avec le Catalan Gitan qu'ils utilisent entre eux....j'ai appris...'Mambach' (je pense que ce n'est pas comme ça que l'on écrit mais maintenant lorsque je m'en vais je dis...Mambach!)

Est ce qu'il y a des dictionnaires écrits en langue Gitan Catalan?

Déjà je vais me procurer un dictionnaire Catalan; ça aiderait beaucoup. Ensuite nous pouvons travailler en Catalan, Français, Anglais, Gitan, Espagnol...ils ont une facilite pour les langues.

Le travail se fait lentement mais est très enrichissant.

Bien a vous, en espérant que le soleil brille

Finn
Enregistrer un commentaire