mercredi 21 juillet 2010

Jusqu’où va-t-on aller nous Rrom suite aux évènements de Saint Aignan ?


C’est une véritable déclaration de guerre mise en œuvre par Monsieur le Président de la République Française concernant certains gens du voyage et Rrom dixit Monsieur Luc CHATEL, porte parole du Gouvernement Français.

Si nous ne cautionnons pas les évènements de Saint Aignan nous mettons des garde- fous en ce qui concerne la position du gouvernement car nous pensons que la mise en œuvre de ces mesures restreindra à sa portion congrue la frontière entre la légalité et l’illégalité.

Beaucoup de bavures, volontaires ou involontaires, risquent d’avoir lieu !

En France ce n’est pas la première fois qu’un conducteur sans permis tente ou réussit à s’enfuir sans pour cela qu’il soit abattu. Et pour corroborer nos dires Monsieur le maire de Saint Aignan a lâché la phrase au journal de 20 h 00 sur TF1, le 21 juillet 2010 et nous citons : « ces gens là ne gèrent pas leur vie de la même manière que nous ». Est-ce que le sous-entendu est : il faut s’en débarrasser.

Rappelons qu’en 1940 le gouvernement français avait, par décret, interdit à notre communauté de circuler pendant tout le temps de la guerre ? !

Peut-être que si toutes les communes de plus de 5 000 habitants avaient appliqué la Loi Besson (1990) sur les aires de stationnement et de grand passage il n’y aurait plus de campements sauvages.

Mais nous pensons qu’il est plus facile de s’en prendre à notre communauté que de faire appliquer une Loi d’Etat.

Nous voudrions reprendre les propos de Monsieur le Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants, Monsieur Hubert FALCO, dans son message du 18 juillet 2010 lors des cérémonies de commémoration des crimes racistes et antisémites commis sous la responsabilité de l’Etat Français de l’époque, et nous citons : « on internat les tziganes parce qu’ils étaient tziganes ». Quand sera-t-il demain ?

Il va nous falloir être plus que vigilants pour ne pas retomber dans les travers passés. Nous l’avons toujours dit : « nous sommes toujours en ligne de mire et les parias de la société ».
Enregistrer un commentaire