dimanche 9 mai 2010

19 mars 1962 : c’est gagné !

Nous avons fait un couper-coller du courriel que nous a fait parvenir Frédéric que nous avons soutenu .

N'oublions jamais qu'il a été le premier et le seul député à présenter la proposition de loi pour la reconnaissance du génocide des gens du voyage lors de la seconde guerre mondiale.

Nous sommes ravis pour lui.





Frédéric DUTOIT
www.dutoitfreeblog.com/
Marseille le 8 mai 2010


La décision est tombée. J’ai gagné mon procès.
Mr Louis PIERRET, ancien combattant de la guerre d’ALGERIE, m’avait assigné au Tribunal de Grande Instance de Marseille afin d’ordonner la suppression immédiate et sans délai d’un Article reprenant le discours que j’avais prononcé lors de l’inauguration du Jardin du 19 Mars 1962 dans le quartier de La Viste à Marseille dont j’étais le Maire et le Député.
Mr Pierret, qui était soutenu par l’UNC, une association d’anciens combattants, a donc perdu son combat négationniste. Le tribunal a rejeté sa demande.

La fin de la guerre d’Algérie peut être commémorée le 19 mars 1962.
Dans l’acte d’accusation de Mr Pierret il n’y avait aucune ambiguïté sur son objectif. Il indiquait clairement : « Il est acquis que la jurisprudence sanctionne des auteurs ou éditeurs de récits historiques lorsqu’il résulte de ceux-ci que le récit relate des faits qui s’avèrent inexacts ou qu’il démontre une démarche visant à falsifier volontairement la réalité dénotant d’un mépris flagrant pour la recherche de la vérité. ».
Baptiser un square, une rue, une place publique du « 19 mars 1962 » date qui mit fin à la guerre d’Algérie, est donc tout à fait légal.
L’opération politique qui vise à réécrire l'histoire par certains nostalgique de l’Algérie Française est en échec.
Les faits sont têtus, car même si le gouvernement a fait du 5 décembre la date de commémoration nationale d'hommage des combattants en Algérie, Maroc et Tunisie, le 19 mars est sans constations possible la date commémorative de la fin de la guerre en Algérie.
Ce ne sont pas quelques militants négationnistes, porteur d'une vision revancharde, accompagnés par des associations militant pour l'annulation de toute manifestation le 19 mars et pour débaptiser tous lieux portant cette date qui changeront la réalité historique.
J’espère que cette décision du Tribunal de Grande instance de Marseille fera jurisprudence.
Je veux ici remercier à nouveau toutes les associations d’anciens combattants, les personnalités politiques, syndicales, associatives et les citoyens qui m’ont apporté leur soutien dans ces moments difficiles.
Je suis convaincu qu’une nation qui ne veut pas reconnaître son histoire n’a pas d’avenir.
Enregistrer un commentaire