dimanche 9 décembre 2018

Si le RAP rimait avec HANDI CAP

Aujourd'hui nous avons partagé avec l'association "Si le RAP rimait avec HANDI CAP" un bon moment de convivialité.

Après plusieurs rencontres nous avons convenu de cette journée pour sceller notre amitiés entre nos deux associations.

Ci-dessous les photos :











 

mercredi 5 décembre 2018

Mandela, Johnny Hallyday : 5 décembre




Aujourd’hui 5 décembre nous nous souvenons qu’ils nous ont quitté pour toujours un 5 décembre.




Nelson MANDELA c’était il y a maintenant 5 ans et Johnny cela fait un an. Deux personnalités que j’admirais.

Deux personnalités tout à fait différentes mais de TRES GRANDS HOMMES.


Mandela qui s’est battu toute sa vie pour la liberté, la fin du racisme. 27 ans d’emprisonnement et ensuite devenu Président un parcours incroyable.



Quant à Johnny il nous a accompagné musicalement tout au long de notre vie, une carrière incroyable.

Tous les deux laissent un grand vide dans nos vies mais dans nos cœurs sont et seront toujours présents.


samedi 24 novembre 2018

Ma France à moi




Pierre Perret
20 novembre 2015 ·

Bonsoir mes loulous, voici quelques lignes inspirées par le non-respect d'une vieille dame qui s'appelle La France : elle a soudain perdu, sans méfiance aucune, ses enfants, exécutés par des êtres immondes... Méditez cela, c'est gratos, à bientôt les amis, je vous embrasse.

C’est celle de 1789, une France qui se lève, celle qui conteste, qui refuse, la France qui proteste qui veut savoir, c’est la France joyeuse, curieuse et érudite, la France de Molière qui tant se battit contre l’hypocrisie, celle de La Fontaine celle de Stendhal, de Balzac, celle de Jaurès, celle de Victor Hugo et de Jules Vallès, la France de l’invention, des chercheurs, celle de Pasteur, celle de Denis Papin et de Pierre et Marie Curie, la France des lettres, celle de Chateaubriand, de Montaigne, la France de la Poésie, celle de Musset, d’Eluard, de Baudelaire, de Verlaine et celle d’ Aimé Césaire, la France qui combat tous les totalitarismes, tous les racismes, tous les intégrismes, l’obscurantisme et tout manichéisme, la France qui aime les mots, les mots doux, les mots d’amour, et aussi la liberté de dire des gros mots la France qui n’en finira jamais de détester le mot «soumission» et de choyer le mot révolte.

Oui ma France à moi c’est celle des poètes, des musiciens, celle d’Armstrong, celle de l’accordéon, celle des chansons douces, des chansons graves, des espiègles, des humoristiques, des moqueuses ou celles truffées de mots qui font rêver d’un amour que l’on n’osera jamais déclarer à celle qu’on aime.

Ma France à moi c’est celle de Picasso, de Cézanne et celle de Soulages, celle d’Ingres, celle de Rodin, la France des calembours, des «Bidochons», celle de la paillardise aussi bien que celle du «chant des partisans».

Ma France c’est celle de Daumier, celle de l’ «Assiette au beurre», du «Sapeur Camembert», celle de Chaval, celle de Cabu, de Gottlieb, de Siné, celle du «Canard», de «Fluide Glacial» et de «Charlie», drôles, insolents, libres !

Ma France, c’est aussi celle des dictées de Pivot celle de Klarsfeld et celle de Léopold Sedar Senghor, la France des «Enfants du Paradis» et des «Enfants du Veld ’hiv», celle de la mode libre, celle de la danse, des flirts et des câlins, celle de la musique douce et des rock déjantés, celle de la gourmandise, ma France à moi c’est une France capable de renvoyer dos à dos la Bible et le Coran s’il lui prend l’envie d’être athée.

Eh oui ! Ma France est une France libre, fraternelle et éternellement insoumise aux dictats de la «bienpensance».
Il n’est qu’en respectant toutes ces diversités qu’on arrive un jour à vivre la «douce France» de Trenet. Celle qui m’a toujours plu et que notre jeunesse lucide et combative fera perdurer par-delà les obscurantismes.
Figure révolutionnaire emblématique durant «La commune», le «Père Duchêne» écrivait au frontispice du journal qu’il publiait en 1793 : «La République ou la Mort !» Son journal coûtait 1 sou… mais on en avait pour son argent.

http://pierreperret.fr/…

dimanche 11 novembre 2018

Le centième anniversaire de l’armistice de 1918

Ce matin à Gardanne comme dans toutes les communes de France, nous avons commémoré le 11 Novembre 1918 jour de l'armistice.

86 Gardannais sont morts pour la France et leurs noms ont été cités et des enfants ont déposé une rose blanche pour chaque disparu au monument aux morts.

Ne jamais oublier 


Cette chanson a été reprise par des élèves Gardannais.

samedi 10 novembre 2018

Génocide tzigane




Les historiennes et l'association NOTRE ROUTE sur la même longueur d'ondes. 

Merci à Mesdames Henriette ASSEO et Claire AUZIAS.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour consulter l'article de NPA du mois de Juin 2015


 

jeudi 8 novembre 2018

PAS D’HOMMAGE POUR PETAIN




Le Président de la République oublie rapidement que le « Maréchal » Pétain a été frappé d’indignité nationale, de ce fait il restera pour l’histoire un traitre et un salaud.

Au nom de tous ceux qui sont morts assassinés : juifs, tziganes, résistants, communistes, gaullistes, francs-maçons, socialistes, homosexuels, républicains espagnols, etc… et aussi ces milliers de poilus sacrifiés pendant la grande guerre.

L’association Notre Route demande à Monsieur le Président de la République et son gouvernement de ne pas honorer un traitre, camouflé dans un ensemble de souvenirs aux maréchaux de France. Il ne faut pas oublier les morts mais aussi les souffrances des familles qui n’ont pas vu revenir leurs maris, frères, pères et autres.

Le Président de la République perd son temps concernant ce personnage mais il rechigne à reconnaître le génocide tzigane. 

"Les erreurs ne se regrettent pas, elles s'assument. La peur ne se fuit pas,elle se surmonte. L'amour ne se crie pas, il se prouve! Simone VEIL"