mercredi 16 mars 2016

Où est la différence des êtres humains ?





Depuis quelques temps nous sommes restés silencieux, surtout suite aux évènements du 13 novembre 2015 qui nous sont beaucoup touchés.

Oui le monde change et malheureusement pas toujours en bien ainsi que nos communautés.

Une grande partie de nous sommes sédentarisés avec tous les tracas de la vie courante et il y a ceux qui sont encore itinérants.

Sédentarisés les enfants vont à l’école avec quelques difficultés car les familles, lorsqu’il y a un membre de la famille hospitalisé se rendent auprès du malade avec les enfants. Cela entraîne de l’absentéisme à répétitions et cela n’est qu’un exemple. Les parents se trouvent confrontés à toutes les obligations et difficultés pour : logements, papiers administratifs, travail etc …..

Pour les itinérants il y a deux catégories : ceux qui ne se sont pas résolus à la sédentarisation et ceux qui se déplacent pour des rassemblements évangéliques.

Certains vont sur des aires d’accueil (quand il y en a) et se posent le temps de certains travaux manuels ou fêtes. Les évangéliques ne peuvent se rendre sur ces aires d’accueil car ils devront monter un chapiteau pour leur « rassemblement » et souvent nous assistons (impuissants) à des débordements : entrées forcées sur des terrains de sport ou autres. Ces agissements donnent une mauvaise image du gitan itinérant car les médias, les politiques ne souhaitent pas faire le distinguo.

De plus nous avons eu les arrivées des populations Roms, européens mais n’ayant droit à rien et pour survivre ont dû construire des bidonvilles dont ils sont chassés constamment. Cela n’a fait qu’aggravé le problèmes des gens du voyage gitans.

Une seule commune en France a su leur donner une chance à été GARDANNE qui a accueilli une soixantaine de familles Roms : les enfants sont allés à l’école tous les jours et enfin des communes de France ayant besoins de main d’œuvre et de maintenir leurs écoles ont demandé au Maire de Gardanne de les recevoir avec travail à l’appui. A ce jour il ne reste plus que trois ou quatre familles sur le terrain prévu pour eux cela fait maintenant trois ans.

Nous sommes maintenant au XXIème siècle mais les apriori à l’égard de nos communautés ne sont pas tombés. Le rejet est toujours là avec les difficultés pour le logement, travail etc …. Quand on parle de racisme pour certaines ethnies nous nous savons ce que cela signifie.

Nous l’avons déjà écrit plusieurs fois : prenez le temps à connaître l’autre, l’écouter et vous ferez tombez les barrières du racisme qui commence par la méconnaissance de l’autre.

Nous sommes tous des êtres humains et comme dit si bien Maire de Gardanne la seule différence qui existe est : le FÉMININ et le MASCULIN.
Enregistrer un commentaire