vendredi 21 septembre 2012

Florilège de mémorial de la SHOAH en France




 Camp de Saliers Commune d'Arles


Après les MILLES (13), aujourd’hui DRANCY (93) les monuments à la mémoire de la Shoah s’érigent dans plusieurs régions françaises.

Loin de nous l’idée d’affronter les communautés victimes des génocides perpétrés par l’Allemagne nazie, force nous est de constater qu’à nouveau les gouvernements, de quel bord soit-il, privilégie qu’une seule communauté et on apparemment du respect que pour celle-ci.

A croire que le fait d’être de confession israélite leur donne toute latitude quant au respect. Ce qu’ils veulent oublier c’est qu’en Israël vit une très forte concentration tzigane de confession israélite, mais ce qu’il faut savoir c’est qu’ils sont tziganes avant d’être juifs. Par voie de conséquence au camp des Milles, Drancy entre autres se trouvaient également des tziganes de toutes confessions.

Alors rendons à César ce qui appartient à César : s’il y avait des tziganes intégrés dans la mémoire de la Shoah n’oublions pas, pardon de nous répéter, ils étaient avant tout tziganes.

De ce fait il est plus qu’impératif aujourd’hui de reconnaître le génocide tzigane (samudripen : meurtre collectif total) afin d’éviter les errements du passé et qu’enfin l’Etat français admette l’ignominie des positions du gouvernement de l’époque (PETAIN).

Il devient urgent que la proposition de loi déposée à l’Assemblée Nationale en février 2007 par Frédéric DUTOIT alors député des Bouches-du-Rhône, au Sénat en mai 2008 par Robert BRET alors sénateur des Bouches-du-Rhône et à nouveau à l’Assemblée Nationale en 2011 par Jean-Jacques CANDELIER député, sous la pression de notre association et par la suite du Comité d’Action pour la Reconnaissance du Génocide Tzigane (C.A.R.G.T) créé à notre initiative en février 2011.

Réagissons tous ensembles pour que la dignité soit rendue au peuple Rrom et à ceux qui ont péri dans les camps et qui n’avaient commis comme seul crime : NAÎTRE GITANS

Mme LABBE Véronique
Présidente association NOTRE ROUTE
Enregistrer un commentaire