mardi 20 juillet 2010

Rrom : Mode de vie, culture et apparence –partie 1-





De part notre mode de vie, culture, y compris notre apparence tous ces éléments ont laissé libre cours à la ségrégation, tant en Europe Orientale occidentale.
En Roumanie, nous avons subi l’esclavage, les galères en France, la déportation dans les colonies en Grande-Bretagne pour atteindre le summum de l’ignominie pendant la seconde guerre mondiale, prenant des solutions différentes selon les pays et l’époque.

Déportation, internement dans les camps de concentration, travaux forcés, stérilisations, massacres et exterminations dans les chambres à gaz etc.

Les nazis appliquèrent aux Rrom la vision négative d’Hitler à leur égard les rejetant ainsi de la communauté du peuple sous l’appellation d’ « Unten Munchen » (sous hommes). Le destin de ceux-ci fût en de nombreux points parallèles à celui des Juifs.

Les « Unités Mobiles d’Extermination » assassinèrent des dizaines et dizaines de milliers de Rrom dans les territoires de l’Est occupé par les Allemands.

Des milliers d’entre eux furent tués dans les camps d’extermination d’Auschwitz, Chelmno, Belzec, Sobibor, Treblinka, etc. Les nazis internèrent aussi des milliers de Rrom dans les camps de concentration de Bergen-Belsen, Sachsenhausen, Buchenwald, Dachau, Mauthausen et de Ravensbrück pour les femmes.

Auschwitz symbolise le génocide juif, ce fut aussi le camp d’extermination d’une majorité de Rrom du grand Reich. Il n’est pas possible pour l’instant de connaître avec précision le nombre de Rrom ayant péri dans ces camps.

Monsieur Simon WISENTHAL a parlé à plusieurs reprises d’un nombre de deux millions de Rrom morts dans les camps. Monsieur Sam BRAUN a, lui parlé d’au moins un million, quant à nous, d’après toutes nos informations, nous tablons sur à peu près 750 000.

Peu importe le nombre de victimes ce qui est le plus illogique pour notre communauté c’est que le statut de « victimes » ne nous a pas été reconnu au lendemain de la guerre et encore aujourd’hui causant de ce fait une injustice traumatisante pour nos survivants.

Et je permet de reprendre les propos de Monsieur Hubert FALCO, secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants dans son message du 18 juillet 2010 (commémoration des crimes racistes …) et je cite « on pourchassât les Juifs parce qu’ils étaient Juifs on interna les Tziganes parce qu’ils étaient Tziganes, on traitât les Tirailleurs Sénégalais comme des sous hommes. Des Français livrèrent aux nazis d’autres français, parce qu’ils étaient résistants, opposants politiques, homosexuels ».
Enregistrer un commentaire