mercredi 18 octobre 2017

POUR NE JAMAIS OUBLIER

Le 1er NOVEMBRE 2017 rendrons un hommage à tous ceux qui ont péri dans les camps au pied de la plaque que nous avons posé au 3ème cimetière de GARDANNE.

 Nous avons convié les élus de la Municipalité, les représentants du CRIF, le représentant de l'association LGBT (association des homosexuels-les) ainsi que des élu(es) du département.

Nous espérons et comptons sur une belle représentation de tout un chacun;

Ci-dessous l'invitation et toutes personnes qui souhaitent se joindre à nous sont les bienvenues.



mercredi 4 octobre 2017

Il y a 70 ans, au procès de Nuremberg le couperet tombe pour les criminels nazis



Photo journal LE FIGARO

HISTOIRE - Le 1er octobre 1946 ,il y-a 70 ans et 3 jours au procès de Nuremberg la sentence est prononcée: douze condamnations à mort parmi les hauts dignitaires allemands jugés par le Tribunal militaire international pour les crimes commis lors de la Seconde Guerre mondiale.

Un procès historique, un procès pour l'Histoire. Le 1er octobre 1946, les condamnations «des grands criminels de guerre des Puissances européennes de l'Axe» sont lues en audience publique au palais de justice de Nuremberg. Douze condamnations à mort sont prononcées. C'est la fin d'une longue procédure judiciaire visant les dignitaires nazis, de Göring à Ribbentrop.

En effet, ce procès s'est ouvert à l'automne 1945 dans cette ville allemande située en zone d'occupation américaine. Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, pour la première fois de l'histoire, des crimes sont jugés devant un tribunal international. C'est le fruit d'une volonté des Alliés vainqueurs de ne pas laisser impunies les atrocités de la guerre et du régime nazi. Et aussi le résultat de longues négociations quadripartites. Elles aboutissent à la création le 8 août 1945 du Tribunal militaire international. Les experts juridiques américains, anglais, français et russes se mettent d'accord sur les règles de ce tribunal et définissent les chefs d'accusation. Ils élaborent ainsi une nouvelle juridiction pénale internationale.

Nuremberg en chiffres : 3 000 tonnes de documents, 400 journalistes du monde entier sont présents à l'ouverture du procès, 94 témoins sont entendus au cours du procès (61 à décharge et 33 à charge),42 volumes contiennent l'intégralité des actes du procès.

24 accusés sont initialement sélectionnés. Trois ne comparaîtront pas: l'industriel allemand Gustav Krupp très âgé est écarté en raison de son état de santé; Martin Bormann, disparu au moment de la bataille de Berlin, et Robert Ley, responsable du Front allemand du travail, qui s'est suicidé en prison le 25 octobre 1945.
Trois absents importants

Adolf Hitler, le «Führer». Il se serait suicidé le 30 avril 1945 dans son bunker à Berlin.

■Heinrich Himmler, Chef de la SS (Schutzstaffel), escadrons de protection, initialement chargée de la garde personnelle du Führer) et l'un des principaux organisateurs de la «Solution finale». Il est mort le 23 mai 1945 de façon suspecte (la version officielle présente un suicide par cyanure, contestée par la thèse d'un assassinat).

■Joseph Goebbels, ministre de la Propagande et de l'Information. Il s'est suicidé à Berlin le 1er mai 1945.

Les quatre chefs d'accusation

Les prévenus sont accusés de crimes contre la Paix, de crimes de guerre, de crimes contre l'Humanité et d'un plan concerté ou complot en vue de commettre ces crimes. Les actes sont définis dans l'article 6 de l'Accord de Londres
.
Huit organisations sont également traduites en justice

● Le gouvernement du Reich (Die Teichsregierung)
● Le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP)
● La S.S (Schutzstaffel «escadron de protection»)
● La Gestapo (Geheime Staatspolizei - la police secrète d'État)
● Le S.D (Sicherheitsdienst «service de sécurité», milice)
● La S.A (Sturmabteilung «section d'assaut», formation paramilitaire)
● L’Etat-major général
● Le haut commandement des forces armées allemandes

8 juges composent le Tribunal

4 langues officielles sont retenues pour les débats (l'Anglais, le, Français, le Russe et l'Allemand).

1 film de 4 heures, intitulé «Le plan nazi», sera projeté au cours du procès.

lundi 2 octobre 2017

Le Défenseur des Droits

Vous trouverez ci-dessous le courrier du Défenseur des Droits à Monsieur le Maire de Gardanne suite à l'annulation de la commémoration du 16 Juillet.

Nous restons dans l'attente d'une entrevue constructive



jeudi 21 septembre 2017

Commémoration annulée du 16 juillet : Suite





Mercredi 20 septembre 2017 nous avons été reçu par « Le Défenseur des Droits » (médiateur) à 16h30, à qui nous avons exposé les faits concernant la commémoration du 16 Juillet qui a été annulée en passant au-dessus du Conseil des Adjoints qui avait voté POUR. Nous lui avons remis tous les documents en notre possession :
-          Copie Conseil des Adjoints
-          Agenda de la Commune de Gardanne qui annonçait cette cérémonie
-          Nos courriels et réponses à toutes les personnes que nous avions conviés pour participer à cette commémoration à savoir : la communauté de confession israélite, la communauté homosexuelle, les Justes de France qui devaient prendre la parole et faire un dépôt de gerbe
-          Notre déroulé de la cérémonie
-          Copie des courriers à Monsieur le Préfet et à l’O.N.A.C. sans réponse à ce jour
-          Copie du courrier que nous avons fait à tous les élus de la majorité municipale de la Commune de Gardanne sans retour à ce jour
-          Et pour finir les courriels d’annulation
-          La lettre de soutien de la Communauté homosexuelle
-          Etc…


Nous avons demandé qu’en 2018 et pour les années à venir que cette commémoration se fasse sur la Commune de Gardanne le 16 Juillet comme le stipule la loi ou le premier dimanche qui suit si le 16 tombe en semaine.

Nous avons expliqué que nous avons toujours eu de grosses difficultés d’échanges avec l’adjoint au devoir de mémoire de Gardanne que nous jugeons négationniste, raciste, etc….. de par ses attitudes.

Le médiateur nous a dit qu’il allait contacter Monsieur le Maire et que si après deux mois il n’y a pas de retour de sa part il en aviserait la Direction de la Défense des Droits pour aller peut-être jusqu’à la voix judiciaire.

vendredi 4 août 2017

Les Camps de La Mort (8 Camps d'extermination) "Non Censuré" 1945



AVERTISSEMENT

La dureté des images du film Les camps de concentration nazis, souvent insoutenables, nous incite à le déconseiller aux enfants ainsi qu'à un public impressionnable. Toutefois, la valeur historique essentielle de ces images et le témoignage irréfutable qu'elles contiennent, en font une leçon indispensable pour tous ceux qui souhaitent que de telles horreurs ne se reproduisent JAMAIS PLUS        

samedi 22 juillet 2017

Génocide Tziganes à nouveau bafoué



Oui nous avons le regret de constater qu'à nouveau le génocide Tziganes est bafoué et de surcroît par notre municipalité mise en place il y a deux avec l'appui totale de notre communauté. Cela fait encore plus mal.

Nous avons essayé de dialoguer avec le Maire de Gardanne, mais en vain, il se retranche derrière le maire adjoint au devoir de mémoire.

Nous avons fait un courrier à tous les élus de la majorité que nous avons remis et qui leur a été distribué normalement Vendredi 21/07/2017 d'où ce délai pour vous faire part du contenu. Nous en avons envoyé un exemplaire à Monsieur le Préfet et à l'O.N.A.C (Office National des Anciens Combattants).

Il est bien entendu que nous n'allons pas en rester là. Nous allons, pas seulement pour nous, mais vu l'importance de la cérémonie du 16 juillet, tout mettre en œuvre pour que le manquement de la cérémonie du 16 juillet 2017 soit réparée par des excuses et voir plus (il n'est question d'aucun dédommagement financier) . 

Nous estimons que la communauté de confession israélite ainsi que la représentation homosexuelle ainsi que le représentant du Yad Vashem (Justes de France) -qui devaient participer à cette cérémonie- ont droit à une explication objective de la position de monsieur le Maire adjoint au devoir de mémoire. Cette mise au point servira également, du moins nous le pensons; à clarifier pour l'ensemble des victimes de la barbarie nazie, elle servira aussi aux handicapés mentaux, aux communistes, aux maquisards et même aux boiteux "dixit M. Le Maire".



dimanche 16 juillet 2017

HONTE à notre Adjoint au devoir de Mémoire Gardanne (BdR)



Aujourd'hui nous avons encore été victimes du rejet comme il y a des décennies et surtout il y a 75 ans avec les nazis.
Oh nous ne sommes pas les seuls car nous avions convié le C.R.I.F Marseille Provence, un représentant des mémoires homosexuelles et un délégué des Justes de France.

Nous avons été tous déportés, nous avons pris les mêmes wagons, quelques uns en sont revenus.

Rappelons que la solution finale décrétée par les nazis concernait surtout les Tziganes (depuis 1933) et les Juifs.

Notre association se bat pour un DEVOIR DE MÉMOIRE pour tous comme il se doit mais il nous faut toujours l'approbation de nos dirigeants.

Ci-dessous le discours de Monsieur MACRON Président de la République car n'oublions pas que malheureusement au Vel d'Hiv il y a eu également des tziganes.



"Alors oui, je le redis ici : c'est bien la France qui organisa la rafle". S'exprimant dimanche 16 juillet lors de la commémoration des 75 ans de la rafle du Vél' d'Hiv, Emmanuel Macron a à son tour reconnu la responsabilité de la France dans ce drame.

Les 16 et 17 juillet 1942, 13 152 juifs étaient arrêtés, à la demande des nazis et sur ordre du pouvoir français. Retenus quatre jours au Vélodrome d'hiver, à Paris, ils furent emmenés dans des camps puis déportés. Moins d'une centaine ont survécu.

"Pas un seul Allemand" ne participa à l'organisation de cette rafle, a ajouté le chef de l'Etat, qui a dit être "ici pour que se perpétue le fil tendu en 1995 par Jacques Chirac", le premier président de la République à reconnaître en 1995 la responsabilité de la France dans les persécutions antisémites et non celle du seul régime de Vichy."

Rappelons que Monsieur HOLLANDE au mémorial de Montreuil Bellay  avait reconnu la responsabilité de la France concernant la déportation des tziganes et a ajouté que 10 000 tziganes furent libérés en 1946 soit un an après la fin de la guerre.

Pour revenir à notre adjoint au devoir de mémoire nous ne pouvons accepter de jumeler la journée des déportés qui se déroule le dernier dimanche d'avril avec le 16 juillet : deux dates bien distinctes basées sur des critères précis.