vendredi 18 mars 2016

Un toit pour tous : même pour les gitans !





Encore en bataille avec les administrations voilà notre quotidien


Gardanne le 18 mars 2016

                                                                                                                        Madame NERINI
                                                                                                                       Adjointe Sce Logement
                                                                                                                             Mairie de Gardanne
                                                                                                                             Bd de la République
                                                                                                                             13120 GARDANNE

Dossier                M. GOMEZ Eugène


Madame,

Nous nous permettons de revenir vers vous et faire l’historique de la demande de logement de Monsieur GOMEZ Eugène.

Début 2015 ce monsieur fait une demande de logement à 13 Habitat et le 28/04/2015 il reçoit un numéro unique d’enregistrement : 01304151755278811378.

Depuis 1996 il est locataire d’un T5 à Sud Habitat à l’adresse Bt E Oreste Galetti Biver 13120 GARDANNE. Quand il a pris ce logement il avait encore à sa charge 6 enfants avec l’A.P.L. en conséquence. Ses enfants se sont mariés et maintenant il n’a plus qu’un seul enfant à sa charge.

D’autre part ce monsieur a maintenant des problèmes de santé : le cœur avec 16 stents et il doit tous les jours monter quatre (4) étages. Sa santé s’est aggravée ces  derniers jours et il doit subir un triple pontage.

Revenons au problème locatif à savoir que sa santé s’étant dégradé il ne peut plus exercer son métier de ferrailleur et son A.P.L. a baissé, il ne vit que du R.S.A. couple. Malheureusement il a eu une dette locative et est passé devant le juge début MAI 2015 qui lui a accordé 36 mois pour régulariser son dossier. Monsieur GOMEZ payait tous les mois son loyer avec 80€ de plus pour apurer sa dette.

Parallèlement à cela il a sollicité vos services pour que la Mairie de Gardanne lui octroie un logement T3 et qu’elle ne fût pas notre surprise d’entendre qu’il n’avait fait aucune demande de logement. Nous avons donc en septembre 2015 fait une demande « mairie de Gardanne ».

Un premier logement lui a été proposé mais vue que persistait une dette locative il n’a pas été retenu.

Une employée de Sud Habitat est chargé des recouvrements des loyers s’est permise de harceler monsieur GOMEZ : soit par courrier en lui écrivant que le 12 janvier 2016 on allait l’expulser (alors que les expulsions ne sont effectives qu’à partir du 16 mars), au téléphone alors qu’il était en soin intensif, etc…. Cela lui a apporté du stress inutile par rapport à son état de santé. N’en pouvant plus de cette situation : harcèlement, loyer à régler avec la totalité de son R.S.A. (plus rien pour manger) dans l’attente d’un logement plus petit et moins cher au rez-de-chaussée il se fait prêter de l’argent et règle par mandat le 07 janvier 2016 2 800 € à  Sud Hatibat concernant sa dette locative.

Courant Février 2016 on lui propose un T3, bailleur 13 Habitat qui le convoque pour le dossier. Il se rend avec le président délégué de notre association à Aix-en-Provence avec tous les papiers demandés. En ce qui concerne les impôts ils devront retourner le lendemain car il ne nous avait pas été précisé qu’il fallait donner l’année 2013. Quand la responsable a eu en mains les impôts 2013 et la carte de membre de l’association pour la concubine de Monsieur GOMEZ elle a dit « dossier complet ». Sa concubine figure sur la CAF, le bail de Sud Habitat, à la Sécurité Sociale et sur le Livret de Famille qui stipule la reconnaissance de ses enfants  (dont la copie a été remise à 13 Habitat) nous ne comprenons pas ce nouveau refus de logement.

Dans l’attente d’une réponse CLAIRE sur la volonté de la municipalité d’accorder un logement ou non à cette famille et les RAISONS et dans un délai acceptable. Dans le cas contraire, vous admettrez Madame le maire adjoint que nous puissions penser, avec juste raison, qu’il y a « « non-assistance à personne en danger ».

Veuillez croire, Madame le maire adjoint, à notre plus profond respect.

La Présidente de l’association NOTRE ROUTE –Amaro Drom-

Mme LABBE Véronique



Copies à              M. Le Maire de GARDANNE
                               M. Le Sous-Préfet
                               M. Le Préfet
                               Ministère du Logement par mail le 18/03/2016 à 16 h 08

Enregistrer un commentaire