lundi 9 février 2015

La réalité est là

A plusieurs reprises nous avons fait appel à l'union de toutes les associations pour la reconnaissance du génocide tzigane, mais en vain.

Depuis 26 ans nous avons combattu pour ce dossier SEUL et maintenant que cette reconnaissance est effective bon nombre de personnes essaient de s'approprier le résultat.

Si tant il est vrai que cette reconnaissance n'est pas la nôtre mais celle des populations tziganes c'est quand même sous notre impulsion et notre travail assidu que ce génocide est enfin reconnu (voir courrier ci-dessous).




  Ancien Député
Ancien Maire d’arts de Marseille
                                                                                             
Madame Véronique LABBE
Présidente de l’Association Notre Route
Marseille le 9 février 2015
                                                                                                                    
Madame la Présidente,

Alors que notre pays veut aujourd’hui réaffirmer les valeurs qui ont toujours portées la république française, je suis fier d’avoir contribué, à votre initiative, à celle du devoir de mémoire.

Je me souviens encore ce temps où votre association m’a sollicité pour engager le combat de la reconnaissance du génocide tzigane perpétré par l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Combat juste pour le peuple tzigane lui-même et combat de nous tous pour les valeurs de solidarité, de fraternité, d’égalité qui nous rassemble.

Grace à votre action, je suis fier d’avoir été le premier parlementaire à déposer sur le bureau de l’Assemblée Nationale une proposition de loi afin que la France reconnaisse officiellement le génocide tzigane. Ce fut chose faite le 27 février 2007, par la proposition  de loi N° 3714.

Depuis cette date, nous avons ensemble poursuivit la lutte et finalement obtenu une reconnaissance nationale par la voix du Président de la république Mr François Hollande.

Celui-ci, vous informait par courrier de son chef de cabinet en date du 25 mars 2013 : « A l’occasion du 71e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, le 22 juillet 2012, le chef de l’Etat a rappelé que la rafle du 22 juillet 1942 avait « ouvert à d’autres rafles, à Marseille et dans toutes la France, c’est-à-dire des deux côtés de la ligne de démarcation », et qu’ »il y eut aussi d’autres déportations, notamment celles des Tsiganes ». La France reconnaît ainsi publiquement le génocide tzigane, comme le stipulait l’article 1 de ma proposition de loi du 27 février 2007.

En ces moments historiques que nous vivons, il est bon de rappeler l’histoire et de se souvenir du sacrifice de tous ceux qui sont tombés devant la barbarie. Vous savez que vous pouvez compter sur mon engagement à vos coté dans cette lutte perpétuelle pour la libération humaine.

Avec mon amitié la plus sincère.

A bientôt.
Frédéric DUTOIT 


Enregistrer un commentaire