lundi 13 octobre 2014

Il y a des coucous partout






Dans le contexte du courrier de la Présidence de la République adressé à l’association Notre Route –Amaro Drom- que vous avez pu voir sur le blog où il nous est signifié que la reconnaissance du génocide tzigane est effective.

En Février 2007 nous avons fait déposé par notre  ami Monsieur Frédéric DUTOIT, Député Maire à l’époque du 15ème arrondissement de Marseille une proposition de loi portant reconnaissance du génocide tzigane à l’Assemblée Nationale portant le n° 3714 et en Mai 2008 nous avons fait déposer la même proposition de loi par notre ami alors sénateur des B.d.R,  Monsieur Robert Bret au Sénat n° 337.
Pour faire avancer ce dossier une délégation de l’association Notre Route –Amaro Drom- emmenée par sa présidente Madame Labbe Véronique avait été reçue à l’Élysée en octobre 2007. Au cours de cette réunion nous avions relaté les souffrances du peuple tzigane et les 20 années (à l’époque) de luttes menées par l’association Notre Route -Amaro Drom- . Une lettre nous avait été adressée par la Présidence de la République portant le paraphe de Monsieur Claude Guéant (secrétaire général de l’Elysée).

Le cas des tziganes est donc devenu officiel.

Le nombre des tziganes ayant péri dans les camps pour lequel le décompte que nous faisons depuis plus de 20 ans oscille entre 750 000 et 1 million, la thèse de l’holocauste des tziganes ne pouvait plus être sujet à caution et cela est un aboutissement du combat permanent de notre association et tout le monde pouvait suivre régulièrement notre travail.

Mais il est vrai que cette guerre ignoble qui a fait tant et tant de morts la thèse d’un seul holocauste englobant les juifs, les tziganes, les homosexuels, les communistes, les résistants, les malades mentaux etc…  et ce sans exclusive aurait dû être le fil conducteur mais les choses étant, la plus grosse des inepties avait été de reconnaître la seule Shoa même si personne n’en conteste l’importance en nombre.  Il faut bien admettre que le génocide des tziganes en proportion n’a rien à envier aux autres, bien au contraire.

Alors aujourd’hui que reste-t-il à faire pour notre association ?

-          Faire inscrire dans les manuels scolaires l’ineptie de l’absence de référence au Samudaripen (Holocauste Tzigane) 

-    -      Demander au gouvernement que soient élevés des monuments à la mémoire des tziganes dans toutes les communes en France où avait été créés des camps d’internement,
-   -       Et dans toute les communes,  sans exceptions des plaques commémoratives portant référence à ce génocide. 

Voilà les amis ce qu’il nous reste à faire et nous avons commencé à le faire.

-     -     A la création de notre association (Février 1989) nous avons démarré le dossier sur la Reconnaissance du génocide tzigane
-      -     En 2000 nous avons obtenu, pour la 1ère fois,  de la Préfecture des B.d.R le droit de faire un dépôt de gerbe et un discours relatant les souffrances de notre peuple et que soit diffusé l’hymne de tous les gitans Gelem Gelem et depuis nous le faisons tous les ans et ce pour la commémoration des crimes racistes et antisémites commis sous l’autorité de l’Etat français le 16 juillet de chaque année.


- Le 03 Février 2006 avec les associations locales et nous-même, la Commune d’Arles avec Monsieur CARLEVENT a fait érigée une stèle aux abords du camp de Saliers où 687 tziganes avaient été internés.

- Le 24 Février 2011 nous avons créé le C.A.R.G.T. (Comité d’Action pour la Reconnaissance du Génocide Tzigane) et ce avec toutes tendances politiques pour faire avancer ce dossier.


Vous allez certainement lire des déclarations d’associations se targuant d’avoir « tout fait » pour la reconnaissance du génocide tzigane dans une grande tentative de récupération et nous y sommes habitués. Nous avons à plusieurs reprises fait appel à l’union de toutes les associations sur ce problème, mais en vain.

Nous sommes tranquilles car nous détenons toutes les copies de nos interventions ainsi que des réponses. Nous sommes clairs car nous faisons paraître sur notre blog, Facebook, Tweeter tout notre travail. A nos lecteurs et amis de juger.

P.S. Notre famille et surtout nos petits-enfants sont plus que contents de cette victoire car ils étaient en première ligne de subir les inconvénients de notre travail de recherche, rendez-vous, déplacements et autres




Enregistrer un commentaire