jeudi 22 mai 2014

24 et 25 Mai Pèlerinage Saintes Maries de la Mer




Un grand nombre de gitans sont arrivés aux Stes pour le Pèlerinage. Depuis le 19 mai ont lieu les veillées très importantes pour notre peuple dévôt.

Ci-dessous un bel article sur le journal "La PROVENCE" où le Père Prunier relate la vérité sur les gens du voyage.


"On tourne à 300 à l'heure." Dans son presbytère, le père Marc Prunier, le curé des Saintes-Maries de la Mer, entouré de plusieurs dizaines de personnes très dévouées, prépare minutieusement le grand pèlerinage des gitans, samedi et dimanche aux Saintes-Maries de la Mer. Chaque année, fin mai, entre 8 et 10 000 membres de cette communauté convergent vers la ville, avec leurs caravanes, pour célébrer leur sainte patronne, Sara la noire. Descente des chasses, procession à la mer... le week-end sera jalonné de temps forts. Mais déjà, les gitans, arrivés depuis le début de la semaine, peuvent exprimer leur foi à travers les veillées, les messes en plein air au beau milieu des caravanes, sur les différents terrains où ils sont installés, les cours de catéchisme pour les enfants... Pour le père Marc Prunier, ces moments sont d'ailleurs quasiment aussi forts que ce qui se passe durant le week-end.
En tout cas, ils permettent aux gitans de vivre leur foi avec cette ferveur qui les caractérise, pour un pèlerinage si cher à leur cœur. "C'est un peuple fondamentalement croyant, religieux, ils ne sont pas du tout dans notre civilisation matérialiste, souligne le père Prunier. Pour eux, tout est en relation avec le surnaturel, le divin. C'est dans leurs gênes, on ne le leur retirera pas. Cette fête religieuse les touche au point sensible, c'est un peuple du symbole, et là on est avec leur icône. Ce peuple depuis des siècles porte Sara dans son coeur. L'Église se tait, se met à l'écoute d'un peuple qui vénère quelqu'un qui s'appelle Sara, même si on ne sait pas vraiment qui c'est."
Autre raison qui permet d'expliquer le succès renouvelé d'année en année, le fait que ce pèlerinage, en quelque sorte, soude toute une communauté. "C'est la manifestation d'un peuple qui se rassemble, partout ailleurs il vit le rejet, la discrimination", souligne le père Prunier, qui connaît particulièrement bien cette communauté pour avoir longtemps été l'aumônier des gens du voyage, et à leurs côtés qui plus est, dans la caravane qu'il a achetée. "Expliquez-moi pourquoi, depuis 45 ans que j'ai le permis de conduire, je n'ai jamais été contrôlé, alors que quand on voyage ensemble en caravane on est contrôlé plusieurs fois, ajoute le curé des Saintes. Ce n'est pas de la discrimination, ça ? Eux le vivent tout le temps. Là, avec ce pèlerinage, ils se donnent le droit et la fierté d'exister."
Et l'Église, depuis les années 30, a choisi de les accompagner. "Les gens du voyage méritent tout autant que d'autres notre attention, confie le père Prunier. Et il y a dans ce pèlerinage un trésor à servir et à découvrir." D'ailleurs, preuve supplémentaire de l'intérêt de l'institution, Monseigneur Luigi Ventura, nonce apostolique en France, sera présent ce week-end. Comme avant lui un autre représentant du saint-père dans l'Hexagone, Monseigneur Andrea Roncalli. Celui qui allait devenir en 1958 le pape Jean XXIII était venu aux Saintes, et à Arles, en 1948. "Le dernier à être venu, il avait gagné ici ses palmes papales", sourit le père Prunier. Qui reprend, plus sérieux : "La visite de Roncalli avait été un signe très fort, cela disait que ce qui se passe ici, ce n'est pas rien, c'est authentique et respectable. Le nonce est là, c'est que ça nous intéresse, ça a du sens. Même si Monseigneur Ventura ne dit rien, sa présence nous encourage sacrément, nous, aumôniers en mission." Mais le nonce prononcera sans doute un discours fort. "Il n'est pas venu pour une promenade à cheval ou pour manger une gardiane. Non, il vient pour autre chose", se réjouit le père Marc Prunier. Qui tournera encore à 300 à l'heure jusqu'à lundi.

Le programme du week-end

samedi

10h : Messe solennelle du pèlerinage, en présence de l'archevêque Mgr Dufour.
15h30 : Cérémonie de la descente des châsses.
16h : Procession de sainte Sara à la mer.
20h30 : Veillée de prières.
dimanche
10h : Messe solennelle des saintes Marie Jacobé et Marie Salomé, présidée par Mgr Ventura.
11h : procession à la plage et bénédiction à la mer.
15h30 : cérémonie de la remontée des chasses.

Un peu d'histoire

Sara était servante de Marie Jacobé, soeur de la Vierge Marie, et de Marie Salomé, mère des apôtres Jacques et Jean. Dans la tradition gitane, lors des migrations qui conduisirent les gitans des pays de l'Est vers l'océan, il y a une femme à la peau noire qui les auraient guidés et que les gitans identifient à Sara, devenue leur grande patronne.





Enregistrer un commentaire