lundi 28 avril 2014

Lettre ouverte à Monsieur le Président HOLLANDE




Monsieur le Président de la République,

Lors des manifestations de commémoration du génocide Arméniens vous avez, dans votre discours,  publiquement  annoncé que vous reconnaissiez le génocide arménien.

Cette reconnaissance est la bienvenue pour la communauté arménienne et nous considérons que c’est quelque chose qui va dans la logique de la reconnaissance de tous les génocides et nous disons tous les génocides.

En ce qui concerne le génocide  Arménien force nous est de constater que  le gouvernement Français n’a eu aucune responsabilité dans son fait  sauf celle peut-être de ne pas être intervenue pour tenter d’empêcher que ce génocide ait lieu.

Or, il est quelque chose qui devient gênant pour la communauté tzigane à savoir : en ce qui concerne le génocide tzigane le gouvernement Français de l’époque a largement été impliqué dans son déroulement et sa finalité au même titre que pour la Shoa.

Mais nous ne comprenons pas que malgré quatre propositions de loi déposées à l’Assemblée Nationale et au Sénat portant reconnaissance du génocide tzigane, aucune étude n’ait été faite.  Ce n’est certainement pas les dénégations de Monsieur Badinter sur les lois mémorielles qui ne devraient pas faire l’objet, d’après lui d’une loi, mais devrait reposer sur les épaules des  historiens.

Monsieur le Président de la République, à plusieurs reprises au nom du C.A.R.G.T. représenté  par toutes les tendances politiques hors Front National, nous vous avons demandé une entrevue pour évoquer  l'ignominie que représente la non reconnaissance du génocide tzigane. A ce jour une seule réponse « fin de non-recevoir pour manque de temps de votre personne ».

Un tel manque de temps, Monsieur le Président de la République, vous empêche-t-il de donner des directives à vos services afin qu’une réponse nous soit donnée sur la demande que nous vous avons formulée par courrier en date du 14 Novembre 2013 concernant l’attribution d’un jour de commémoration propre à nos communautés ?

Monsieur le Président de la République nous n’oublierons jamais que plus de 750 000 des nôtres ont péri dans les camps de la mort avec la complicité du gouvernement Français de l’époque tout comme il a été complice de la Shoa et si en nombre le chiffre n’est pas comparable le pourcentage plaide malheureusement  en notre faveur.
 Souhaitons, Monsieur le Président de la République,  que vous aurez à cœur courant 2014 d’accéder à notre demande d’attribution d’un jour de commémoration pour faire enfin un deuil digne de ce nom envers nos anciens disparus dans les camps de la mort et qui n’avaient commis comme seul crime « celui de naître gitan ».

 Monsieur  le Président de la République,  nous restons persuadés que chaque pays qui reconnaît ses erreurs s’en trouve grandis.

Recevez, Monsieur le Président de la République Française,  l’assurance de notre respect celui dû à votre fonction.

Mme LABBE Véronique, 
Présidente association NOTRE ROUTE, 
Membre créateur du C.A.R.G.T.
Enregistrer un commentaire