jeudi 1 août 2013

BIRKERNAU Août 1944 où les gitans moururent en masse




A Auschwitz Birkenau d'un jour à l'autre, tout le camp était parti.  Et tout s’était refroidi.

Birkenau 

Le camp de gitans où  des milliers d'âmes s’en sont allé au ciel en Août 1944.

C'est difficile à dire pas de douleur, pas de mémoire  donc rien qui ne peut se déformer.

Comment puis-je décrire Charles Bari? " Cendres coulissantes sortant des fours crématoires, après avoir été dépouilles  de leurs chaussures, dents en or, brosses à cheveux, cheveux étalés, lambeaux de peaux tatoués etc.

Le 20ème siècle à une longue histoire jonchée de zones ombres sur l’histoire de Birkenau aussi. La question est de savoir si nous pouvons agir en conséquence?

On pourrait graver dans nos têtes ce fait historique afin de respecter une minute de silence pour les victimes, mais aussi pour les accompagner. Leurs  yeux enfoncés, qui sont venus à l'ère d'urgence, la suppression de la douleur et de l'autonomisation sociale des Rroms ont été décernés état ​​promesse de socialisme de trains en noir de système politique adapté.

Qu'en est-il aujourd'hui?

Les faits sont connus, et nous pourrions continuer toute la journée.

Dans la vie quotidienne, indubitable, impatiente et humiliante. 

Nous pensons que ce rappel peut  donner à chacun d'entre nous un motif de réflexion sur des faits qui ont eu lieu il y-a des décennies malgré le refus jusqu’à ce jour par tous les gouvernements successifs de faire voter la loi sur la reconnaissance du Samudaripen ou tout au moins que l’on nous accorde un jour de commémoration propre à nos communautés le 05 avril comme l’a fait l’Allemagne pour en faire une date de commémoration européenne.

Mais il est vrai que cette attitude permet à certains élus d’avoir des propos de haine raciale à notre encontre.

Enregistrer un commentaire