jeudi 18 avril 2013

Quand débattrons-nous à l'Assemblée pour la reconnaissance du génocide tzigane?



En France il y a des lois qui sont votées (mariage pour tous entres autres) mais celle-là avec la mise en place de l’obligation de faire connaître le patrimoine de nos élus, servent d’écrans de fumée pour faire supporter aux plus pauvres les coups bas portés par notre gouvernement et permettre au président Hollande de faire abstraction des promesses non tenues du candidat François

Entre autres sur la raffinerie de Petit Couronne, la non augmentation des impôts, le maintien de la retraite à 62 ans, contraire aux promesses dont nous abreuvaient les socialistes pendant la campagne électorale,  mais consolons-nous si le président sortant avait été réélu cela aurait été du pareil au même : on a pas vu le changement promis.

Il y a en France une communauté qui a subi et subit encore le rejet, la marginalisation et qui a subi un génocide sans précédent qui représente en chiffres près de 43% de sa population recensée à l’époque lequel avec l’appui des gouvernements de l’Europe dont celui de la France, a permis cette ignominie.

Mais voilà voter une loi portant reconnaissance du génocide tzigane, après quatre propositions de loi déposées sur le sujet ne coûte rien sauf d’imposer aux racistes et anti sémites de tous bords le respect envers une communauté d’autant que les Rrom, français depuis 1452, peuple pacifique s’il en est, sans terre de retour, ni armée, ni finance, ni frontière, car pour nous les frontières sont en nous. Et en fonction de cela nous n’avons rien à défendre : pas de pétrole, pas de caoutchouc, aucune matière première et lorsque l’on veut nous intégrer dans un processus de guerre nous le rejetons car de toutes ces guerres aucune n’est et ne sera dans le contexte actuel la nôtre.

Même si les gens de confessions israélites qui voudraient intégrer le Samudaripen dans la Shoa arguent du fait que nous serions, d’après eux, une ou plusieurs des tribus perdues d’Israël ce qui a notre avis, est une vue de l’esprit éhontée car notre histoire et une partie de notre langue (sanskrit) nous renvoie à une région de l’Inde le Penjab.

En ce qui nous concerne nous exigeons, pacifiquement, la reconnaissance du génocide tzigane avec un jour de commémoration propre à nos communautés.

Que l’on nous explique encore pourquoi les musulmans pour leur fête religieuse (l’aid el kebir) ont des jours de congés supplémentaires dans leur entreprise et pourquoi ces jours de congés supplémentaires sont refusés aux Rrom pour le pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer au mois de Mai, entre autres. Si ce n’est pas de l’ostracisme, qu’est-ce ?

Aujourd’hui les 750 000 Rrom qui ont péri dans les camps de la mort plus les hommes et femmes, qui de par les stérilisations en masse ont été empêchés de procréer nous crient justice du fond de leur charnier.

La reconnaissance du génocide tzigane doit voit le jour rapidement afin de perpétuer le devoir de mémoire et faire sauter le verrou qui est maintenu volontairement en place depuis le  06  juin 1946, soit un an après la fin de la guerre et date de libération des derniers 10 000 tziganes internés. Cette chape de plomb posée sur cette sauvagerie qui pour la France pourrait s’appeler Hitléro-Pétainiste.
Enregistrer un commentaire