mercredi 27 juin 2012

LA PROVENCE suite sur les expulsions des roms à Aix

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/vasarely-les-roms-expulses-a-aix

La Provence et les Roms

http://www.laprovence.com/article/actualites-associations/associations-on-ne-les-laissera-pas-se-faire-expulser-dici-sans-reag

mardi 26 juin 2012

Le campement visité hier a été démantelé ce matin dès 06h00















 
Ce matin 26 juin 2012 à AIX-en-PROVENCE, coincé entre l’autoroute et la voie ferrée, tout proche de la fondation Vasarely, un vol d’oiseaux noirs s’est abattu sur un camp de roms où vivaient des familles avec des enfants, des personnes âgées et notamment des bébés de quelques semaines nés sur la commune d’Aix sur le territoire français.

Cette évacuation s’est faite sans ménagement par les forces de l’ordre avec à leur tête un commissaire de police, deux commandants et un escadron de police nationale accompagné d’une armada de gardes mobiles ou CRS protégés comme s’ils allaient se trouver devant de grands délinquants.

Ces démantèlements nous y sommes habitués mais c’est toujours très difficile à supporter d’autant que l’on s’aperçoit que l’être humain est relégué aux calendes grecques. Effectivement des bébés ayant des actes de naissance délivrés par la Mairie d’Aix-en-Pce, français de par la naissance sur le sol français, n’ont pas été épargnés par Madame le Maire et sa majorité municipale, sont coutumiers des faits.

Ce qu’il faut déplorer c’est que malgré que le Président de la République le Gouvernement, le Sénat, les Régions, la majorité des Conseils Généraux et la plupart des grandes villes aient la même couleur politique, la directive Sarkozy du 31 juillet 2011, est toujours appliquée avec le démantèlement des camps.

Mais ce qui encore plus grave c’est que de la provocation contre les roms sont venus d’autres familles de gens du voyage qui apparemment auraient oublié  leurs vies et ne se souviennent plus que le rejet ils l’ont et subissent au même titre aujourd’hui.

Depuis hier nous essayons en vain de joindre Madame JOISSAINS, Maire d’Aix en Pce qui ne daigne pas nous rappeler ainsi que d’autres élus sans réponse également.

Alors que ces enfants et familles avaient un abri  si précaire soit-il, de la pluie, vent, chaleur et froid, même si cela pouvait paraître inhumain pour certains. Ce soir, ces familles seront dans la rue sans abri, mais pour ceux qui disent que ces conditions étaient inhumaines sont-elles plus humaines maintenant ?

Allez chercher dans l’esprit des gens, des élus, des forces de l’ordre surtout eux qui sont payés pour assurer la sécurité des biens et des personnes sans oublier surtout pas les tribunaux.

Nous n’avons pas pu être auprès des familles ce matin les forces de l’ordre nous ont barré l’accès. Certains médias ont pu passer

Affaire à suivre

Quelques photos que nous avons prises : petite manifestation pour interpeller les élus, l'intervention des pompiers alors qu'une dame âgée bouleversée de la situation faisait un malaise etc.

lundi 25 juin 2012

Ces français que l’on veut chasser


 

Il est 07h30 le soleil chauffe déjà et nous sommes auprès des Roms stationnés à Aix-en-Provence sur un campement aux abords de la fondation VASARELY.

Quelques caravanes pour les protéger du temps. Il y a environ 25 familles avec enfants de quelques mois et personnes âgées.

Les femmes qui ont déjà nettoyé les caravanes essaient de nettoyer l’extérieur tant bien que mal pour VIVRE comme tout le monde. Mais aucun container pour recevoir les déchets que faire des poubelles ?

Hier ils ont reçu la visite de la police ou gendarmerie nationale leur disant qu’ils allaient être expulsés sous huit (8) jours mais aller où ? Mais ATTENTION ce ne sont plus des Roms que l’on va chasser mais des FRANÇAIS.

Effectivement nous avons en mains des actes de naissance d’ AIX-EN-PROVENCE, actes de naissance délivrés par la Mairie d’Aix. Où allons-nous ?

Les parents sont européens, les enfants sont français et leurs frères et sœurs aînés ne demandent qu’à s’instruire en allant à l’école et vivre comme tout le monde.

Nous comprenons bien qu’il y a des manques de logement mais pourquoi ne trouverait-on pas un terrain où nous installerions des bungalows en attendant que des logements se libèrent pour ces enfants français et leurs parents ?

Est-ce qu’avec un Président de la République de gauche la circulaire de JULLET 2010 (Grenoble) envers nos populations va continuer à être appliquée ?

Ce billet est envoyé à la Présidence de la République ainsi qu’au député d’Aix en Provence.

Ci-dessous des photos où vous verrez des enfants français dans les bras de leurs parents.


















samedi 23 juin 2012

Le petit champ de Montserrat




Le 22 Juin 2012, devant le petit champ de Montserrat  en Italie , a été découvert une statue en mémoire des victimes de Porrajmos (ou Samudaripen), l'extermination des Rrom pendant la Seconde Guerre mondiale.


Les Porajmos terme ou Porrajmos (en langue romani "dévastation", "grande dévorante», ou le terme Samudaripen («meurtre collectif total») indiquent une tentative  d'extermination par le régime nazi  les groupes ethniques Rrom pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Comme l'Holocauste les plus connus (la tentative du régime nazi d'extermination des Juifs), les Porrajmos a été décidé sur la base des théories racistes qui ont caractérisé les nazis.

Étant donné que les personnes Rrom (tziganes mais aussi et surtout des Sinti) en Europe de l'Est ont été organisées comme les juifs, et puisque vous ne savez pas exactement le nombre de Rrom qui, en 1935, a vécu dans ces territoires, il est difficile de dire précisément combien ont été les victimes. Ian Hancock, directeur du programme d'études rom à l'Université du Texas à Austin, a suggéré un taux qui fluctue entre 500 000 et un demi-million les victimes, tandis que, selon les estimations 220/500 000 personnes a été faite par Sybil Milton, 'historien "Holocaust Memorial Museum» , Docteur Sam BRAUN «rescapé d'Auschwitz» dixit: «6millions de juifs, 1 million de gitans, tziganes,»
Rrom et les Sintis ont été déportés vers les camps de concentration vivant parfois dans des sections séparées, et des conditions sanitaires  très graves dans ces zones . Dans très peu d'autres cas,  leur traitement a été comparé à celle des autres prisonniers. Les gitans ont été emprisonnés, à Auschwitz en 44, car auteurs, d'une révolte contre les troupes nazies . Révolte qui visait à éviter d'être mis au four crématoire.


L'aspect le plus terrible de leur détention dans des expériences scientifiques consistait essentiellement à être utilisé comme des cobayes,  à Auschwitz et autres camps de concentration. Beaucoup d'entre eux ont été inoculés avec les bactéries et les virus pathogènes pour observer la réaction de l'organisme contre la maladie, d'autres ont été forcés à avaler l'eau salée jusqu'à la mort. Le plus dur était les traitements infligés aux femmes gitanes. Les plus jeunes ont été soumises à des opérations de stérilisation douloureuses, tandis que les plus mûres, sans décapage, ont été utilisées pour réchauffer les corps de ceux qui étaient soumis à des expériences sur la congélation. Les femmes et les adolescents Rrom utilisés pour les expériences ont été gardés dans des cages minuscules ou dans les salles dans des laboratoires, complètement nue et dans une promiscuité extrême, contraints de mener à bien les besoins de l'organisme face de l'autre. Cette détention pouvait durer plusieurs jours.

Depuis les premiers jours d’après-guerre, tel que mentionné, très peu d'attention n'a été consacrée à l'extermination des Rrom et des Sintis, c'est seulement lors des 25  dernières années que des expositions et  des documentaires ont été organisées  sur le sujet. La question d'une possible indemnisation aux familles des victimes du régime nazi, cependant, semble encore lointaine, voire impossible, dans de nombreux cas, de reconstituer leurs branches généalogiques.

En Italie, et France notamment les Rrom et les Sintis ont été emprisonnés dans des camps de concentration  Italiens ou Français mais bien d'autres nationalités aussi, en particulier un grand nombre étaient des Slaves Roma,  fuyant la persécution dans leurs pays. Beaucoup d'entre eux se sont échappés et se sont joints aux groupes de guérilleros


Texte envoyé par notre ami ALBERTO MARIA MELIS
Le « PETIT CHAMP DE MONTSERRAT » serrait situé à CAGLIARI EN SARDAIGNE (ITALIE)

dimanche 3 juin 2012

Exemple de politique politicienne


Madame le Maire d’Aix-en-Provence a déclarée ne plus vouloir de roms  sur sa commune.

 Si cette position peut quelque part paraître logique une question reste en suspens  Madame le Maire, à notre connaissance est une élue nationale (député,) certains élus d’Aix-en-Provence sont des élus supra nationaux (députés européens), alors il faut leur poser la question : qu’ont-ils fait pendant leur mandat passé pour trouver une solution adaptée aux problèmes des Roms ? Rien si ce n’est appliquer comme un seul homme les directives Sarkozy , Hortefeux et Guéant  et suite aux élections présidentielles pour masquer leur incapacités passées et tenter de faire échec à une éventuelle, et nous disons  bien,  éventuelle avancée dans ce domaine par les élus de gauche.

Madame le Maire est coutumière du fait elle accepte mal la défaite. N’a-t-elle pas voulu, devant les tribunaux, contester l’élection d’un président socialiste ?

Cela dit sans aucune prise de position politique de quelque nature soit-elle, les candidats avec leur parti n’ont pas besoin de nous et même s’ils en avaient besoin  nous leur répondrions que nous sommes des militants associatifs et non politique. 

D’autres élu(e)s de même obédience dans le département ont la même position  et pour ce qui nous concerne nous dénoncerions tous ceux qui auraient une attitude analogue qu’ils soient de gauche ou de droite.

La vérité se fait jour petit à petit




NEGRITA vient de nous rendre visite avec sa famille tous présents au pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer.

Lorsque nous lui avons demandé ce qui s’était passé, hormis les problèmes de branchement de courant (prêté par un Saintois), de refus de scène, de refus de mise à disposition de container à poubelle sur décision de Monsieur le Maire de cette ville.

Elle nous a confirmé avoir vu ainsi que sa famille et pris des photos du sniper jugé avec un fusil à lunette sur le toit de la basilique des Saintes.
Elle nous a également confirmé que ce n’était ni un montage, ni le tournage d’un film mais bel et bien un tireur embusqué  fusil braqué sur la foule  tel que l’a décrit l’article du journal LE PARISIEN.

Pour ceux qui avaient un doute une affaire juridique vient d’être lancée à ce sujet et concernant la déclaration de Monsieur le Maire à France3 au cours duquel il n’a pas hésité à jeter l’anathème sur Madame BOUCHON Josiane (NEGRITA).


 AFFAIRE A SUIVRE NOUS VOUS TIENDRONS INFORME