jeudi 6 octobre 2011

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Monsieur le Président de la République française en visite en Arménie a invité et nous citons « la Turquie à revisiter son histoire et à reconnaître le génocide arménien de 1915 » brandissant implicitement la menace de faire voter une loi contre le négationnisme turc.

Nous sommes nous gitans, sans ambigüité pour la reconnaissance de tous et nous disons bien de tous les génocides sans exception.

Pour ce qui concerne le génocide tzigane perpétré dans les camps de la mort entre 1939/1946, Monsieur SARKOZY est un peu moins volubile. Alors que l'Etat français de l’époque était directement impliqué dans une action conduisant les Juifs, les Tziganes et autres dans les camps de la mort mais on constate qu’il est toujours plus facile d’être redondant chez les autres que chez soi.

Pourquoi Monsieur SARKOZY ne fait-il pas voter ou tout au moins ne fait-il pas appliquer en France la loi GAYSSOT sur le négationnisme ? Lorsqu’il souligne que la Turquie s’honorerait à revisiter son histoire le compliment peut lui être retourné tel un boomerang.

Que l’on nous explique comment un pays comme la France dont le gouvernement de Vichy a tant œuvré pour l’envoi des Tziganes dans les camps, peut-il menacé un pays lui interdisant l’entrée dans l’Union Européenne s’il ne reconnaît pas un génocide qu’il a perpétré, lorsque lui-même ne reconnaît un génocide que ses prédécesseurs ont largement contribué à aider à perpétrer ?

Si en France la diaspora Arménienne est forte d’environ 500 000 membres qui réclament justice, il y a par ailleurs aussi une autre communauté en France forte elle de plus de 300 000 membres Rrom qui réclame elle aussi JUSTICE, persuadée elle aussi que la France s’honorerait si elle revisitait son histoire et reconnaissait le génocide tzigane.

Par lettre Monsieur GUEANT, en décembre 2007, alors porte parole du Président de la République, après notre visite à l'Élysée, reconnaissait par un courrier que nous avons en mains le bien fondé des allégations que nous avions développés «reconnaissant que ces faits étaient incontestables ».

Monsieur le Président de la République Française, honorez-vous ! Reconnaissez officiellement le Samudaripen (meurtre total) afin de rendre un peu de l’honneur que Vichy a fait perdre à la communauté Rrom. Nos morts du fond de leur charnier réclament encore justice aujourd’hui et nous enfants ou petits-enfants crions avec eux.

Veuillez croire, Monsieur le Président de la République, à notre plus profond respect.

Mme LABBE Véronique Présidente association NOTRE ROUTE
Enregistrer un commentaire