mardi 27 septembre 2011

La liberté de la presse bafouée à Marseille




Lors de l’évacuation du camp de Roms le 27 septembre 2011 dès 6 h du matin, rue Font Vert dans le 14ème arrondissement de Marseille, qui soit dit en passant était un des plus anciens de la ville. Une journaliste de Med in Marseille, Anne-Aurélie MORELL présente dans le camp avec les Roms lors de l’arrivée des forces de l’ordre s’est vu intimer l’ordre de quitter les lieux. Devant le refus de la journaliste, elle a été aussitôt mise en garde à vue.

Jusqu’où vont aller les responsables gouvernementaux avec à leur tête pour Marseille le nouveau préfet de police, Monsieur GARDERE, dans leurs chasses aux Roms ? Où s’arrêtera l’escalade ? Est-ce que la police pense que le fait d’arrêter des journalistes musellera la liberté de la presse ? Il est à soulever que nous association ne sommes avertis que par les médias deux après le début des évacuations musclés.

Les représentants de l’Etat ne doivent vraiment pas se sentir à l’aise dans leurs actions pour s’en prendre ainsi aux Roms avec un très grand nombre d’enfants en bas âges et d’autres scolarisés (les parents souhaitent l’intégration) ainsi qu’à la presse de quelque bord soit-elle.

Est-ce que ces faits ne nous rappellent rien ?
Enregistrer un commentaire