lundi 27 juin 2011

Les dessous des festivités aux Saintes Marie de la Mer




Après les pèlerinages des 24, 25, 26 mai les festivités continuent sous d’autres formes et prendront fin mi octobre.

Beaucoup de questions se posent, la première c’est que hormis le folklore institué autour de ces festivités ou la foi devrait être au premier plan, il faut savoir que les représentants de l’église qui hurle « vive sainte Sara, vive sainte Sara » sont les premiers fautifs de cette situation car ils savent très bien que Sara n’a jamais été canonisée donc en aucun cas ne peut être sainte dans le sens liturgique du terme.

Une autre question qui se pose, c’est celle de la vente des bougies et cierges (made in china) en effet celles-ci sont retirées de la crypte lors des pèlerinages, pour être vendues à l’extérieur. Peut-être la crainte d’éventuels vols, la confiance du clergé en ses ouailles règne « c’est vrai que les gitans ne sont pas des gens à qui l’on peut faire confiance » y compris en ces temps de grande ferveur « comme de tout temps pour les religions, ces manifestations sont la possibilité de remplir leur caisse »

L’autre question qui se pose c’est celle qui consiste à laisser les touristes nous filmer et photographier comme des curiosités ceci avec l’assentiment de certains qui n’hésitent pas y compris à accoutrer les enfants pour qu’ils soient filmés ou photographiés à qui mieux mieux, à croire que ces manifestations sont l’occasion rêvée d’une nouvelle forme d’expression « people ».

Et enfin tous ces touristes qui viennent nous regarder comme des bêtes de foire qui n’hésitent pas, pour certaines à pénétrer dans le lieu de culte en short ultra court et décolleté plus que provocant, sans vouloir jouer les vierges effarouchées, il faut bien avouer qu’un minimum devrait s’imposer.

C’est pour cela que bon nombre d’entre nous, fervent de Sainte Sara nous ne faisons plus le pèlerinage du 24 mai, nous allons la voir quelques jours avant et quelques jours après quand les « pèlerins touristes » sont partis.



Enregistrer un commentaire