dimanche 13 mars 2011

Tels pères tels fils LATCHO DROM


Les pères ont le cheveu un peu blanchi, les fils Baliardo et Reyes reprennent la tradition gipsy, goûtée dès le berceau.
Photo Patrick Nosetto


Les Gipsy King ont des enfants légitimes !
Publié le dimanche 13 mars 2011 à 10H17 La Provence
Le groupe mythique des Gipsy Kings a choisi sa propre succession : les enfants Reyes et Baliardo sont désormais les "Seven Kings"

Deux limousines se sont arrêtées hier aux abords de l'hôtel Imperator, à Nîmes. Le sourire aux lèvres en sont sortis les enfants des Gipsy Kings, les vrais, les "officiels". Depuis quelques années déjà, le nom qui a résonné sur les plus grandes scènes du monde a été utilisé par les uns et les autres, profitant de la notoriété des Gitans arlésiens, mais seuls les fils des familles Reyes et Baliardo peuvent en revendiquer le titre. Leurs pères ont tracé la route, faisant découvrir cette musique depuis Saint-Tropez et jusqu'au Carnegie Hall, passant allègrement des caravanes aux palaces.
Et les voici aujourd'hui réunis dans leur propre groupe, les Seven Kings. Nicolas Reyes, leader et voix mythique des Gipsy… originels s'explique : "Voir un groupe après nous, ça semble normal, je ne me vois pas vieux sur scène".
Une même musique, des styles personnels
Avec leurs racines ancrées dans la tradition musicale gitane, José, Canut, Georges, Yohann, Paul, Thomas et Tambo appartiennent à la troisième génération de chanteurs de la famille Reyes, et ils ont accompagné les Gipsy dans leurs tournées pendant plusieurs années.
C'est ainsi dans la famille : il y a toujours un gamin qui joue de la guitare ou qui chante la rumba catalane… depuis le berceau. Passage de flambeau ? En un sens oui, mais pas seulement. Voler de leurs propres ailes, tout en ayant le soutien de leurs pères, c'est un peu l'idée, marcher dans leurs traces semble si naturel, eux qui ont baigné dans la musique depuis toujours.
Tous chanteurs, tous guitaristes quasiment depuis le berceau, chacun garde néanmoins son style, avec des influences diverses, et porte l'envie de transmettre les valeurs des Gipsy. L'enjeu étant évidemment de se distinguer tout en restant dans la continuité. "Tout est possible, cette musique est libre, elle peut se mélanger; nous avons envie de reprendre des titres qui nous tiennent à coeur, mais de composer aussi", souligne Georges Reyes, fils de Nicolas Reyes. Les voici à la fois gardiens et héritiers d'une tradition qui remonte à José Reyes, la "voix" de Manitas de Plata il y a quelques années. Et les projets sont nombreux.
À commencer par ce premier concert, le 16 avril prochain, à Marrakech, sous le parrainage d'Olivier Delasalle, directeur de OD Production & Communication. "Nous essayons de faire de notre mieux pour suivre le chemin de nos pères, ce premier concert, c'est un peu un baptême, ce qui arrivera par la suite, personne ne le sait. Si ça plaira? Le risque est à prendre, tout est possible. Ou ça passe ou ça casse".
Un album se prépare aussi. Les Gipsy Kings sont, quant à eux, toujours là. Ils espèrent même avoir quelques dates en commun avec leurs fils.
En attendant les voici qui attrapent une guitare, et Baila Me résonne dans la cour de l'hôtel. C'est sûr, la joie, l'envie de partager, marque de fabrique des Gipsy, perdure. La relève est assurée pour de nombreuses ferias encore.
Julina CASTELLA
Enregistrer un commentaire