samedi 6 novembre 2010

Histoire et Vie des Gens du Voyage (suite)




A l’aube du XXIème siècle où le monde entier est à portée de main et où les transports aériens ont occulté les distances, où l’île de Pâques, la Mongolie ou Botswana sont à notre porte, où l’insolite et l’exotisme n’existe plus que sur les photos jaunies des années 30, vit à côté de vous une communauté importante (nous sommes plus de 300 000 en France) dont vous ne savez rien ou presque.

Chargée de tous les maux, bouc-émissaire dans les campagnes lorsqu’un larcin est commis, interdite un peu partout, toujours déracinée, cette Communauté continue à exister de la même manière, sans se mélanger, aujourd’hui on dit intégrer, et même lorsqu’elle se sédentarise, garde devant sa porte la caravane qu’il lui permet de partir lorsque l’envie lui en vient.

De nos populations, le grand public ne connaît que peu de choses, qui sont autant de lieu commun : nous sommes doués pour la musique et la fête, disons la bonne aventure, dressons des ours, rempaillons les chaises, réparons les vieux meubles, nous avons la peau sombre et parlons une langue bizarre, et c’est à peu près tout.

Nous aussi nous avons été victimes d’un effroyable génocide de la part des nazis, ce qui a pratiquement été occulté et est aujourd’hui oublié. Il est vrai que pour beaucoup, nous sommes de parfaits asociaux : ne payant pas d’impôts, sommes encore souvent peu alphabétisés, ne votons pas et par conséquent n’intéressons personne. Pourtant loin de l’image de pacotille fabriquée par certains médias, existent un peuple aux traditions et au mode de vie remarquable dont la pérennité demeure encore à ce jour un mystère.


Nom du camp Sachsenhausen

Mis en service de 1933 à mars 1935 : Konzentrationslager Oranienburg
12 juillet 1936 : début de la construction du complexe
29 septembre 1939 mise en service officiel

Capacité Théorique 20 000 déportés
Réelle 35 000 déportés

Déportés Soviétiques, prisonniers de guerre Polonais, Allemands, Français, Juifs, Tziganes, a-sociaux, prisonniers de marque

Expériences « pseudo médicales » :
- Expériences avec des balles de nitrate d’aconitine
- Expérience pour ralentir le rythme cardiaque
- Expériences sur des différences sérologiques des « races » (47 victimes Rrom)
- Expérience avec du cyanure de potassium
- Expériences de vessies artificielles
- Expériences sur les intoxications saturnines insensibles dues à l’absorption d’eau provenant des conduites de plomb
- Expériences avec des sulfamides
- Essais d’alimentation
- Expériences sur la résistance au froid
- Essais pour déterminer le degré de solidité des chaussures de la Wehrmacht

Décès 84 000 au moins par les mauvais traitements, le gaz, les expériences médicales

Activité économique BMW, HEINKEL utilisent la main d’œuvre déportée

Libération 20-21 avril 1945 évacuation
22 avril 1945 départ des SS et entrée des troupes soviétiques.


Nom du camp Buchenwald

Mis en service 15 juillet 1937

Capacité Théorique 20 à 25 000 déportés
Réelle 50 000 déportés

Déportés Tziganes, juifs après la nuit de « cristal », asociaux, droits communs, des personnalités (Léon BLUM, Emma BRUCHARD, Jorge SEMPRUN) y ont été détenus. Des enfants juifs évacués d’Auschwitz y ont été emprisonnés et c’est dans ce camp entre autres que les médecins SS pratiquent la vivisection sur des êtres humains et ont commencé leurs expériences sur le typhus et le choléra.


Expériences « pseudo médicales » :
- Expériences de « traitement » au phénol
- Essais de vaccins de typhus exanthématique
- Contrôle du vaccin de la fièvre jaune
- Immunisation avec des vaccins de Frankel (gangrène gazeuse)
- Expériences sur les hormones
- Expériences sur la pervitine
- Expérience sur des bombes incendiaires au caoutchouc phosphoreux
- Expériences en grand nombre sur les vaccins ou pseudo-vaccins contre la dysenterie, l’hépatite épidémiques, la tuberculose …

Décès Minimum 60 000 et certainement beaucoup plus

Activité économique Une usine d’armement à Leipzig, l’usine de Hazag où travaillât Emma BRUCHARD, BMW, SOLVAY utilisent la main d’œuvre des déportés.

Libération 03 avril 1945 première évacuation. 11 avril 1945 fuite des SS et entrée de l’armée américaine.


Nom du camp Mauthausen

Mis en service 08 août 1938

Capacité Théorique 40 000 déportés
Réelle 70 000 déportés

Déportés Tziganes, Juifs, asociaux, politiques, Allemands, Républicains espagnols, Français, Yougoslaves (dont Georges Segui)

Expériences « pseudo médicales » :
- Mêmes expériences sur les vaccins (2000 victimes)
- Expériences avec des poux contaminants

Décès Plus de 100 000 morts gaz camions et chambres, mauvais traitements, expériences médicales

Activité économique HEINKEN et MESSERSCHMITT utilisent la main d’œuvre déportée


Libération Du 22 au 28 avril 1945 évacuation.
Le 05 mai 1945 libération par les Américains
06 mai 1945 bataille des détenus contre les SS


Nom du camp Neuengamme

Mis en service 13 décembre 1938

Capacité Théorique 20 à 25 000 déportés
Réelle 50 000 déportés

Déportés Tziganes (femmes dont des Soviétiques) Français, Polonais, Allemands, Néerlandais

Expériences « pseudo médicales » :
- Expériences de désintoxication de l’eau potable polluée par des substances toxiques

Décès Plus de 50 000 : pratique d’expériences médicales, gaz, mauvais traitement

Activité économique Volkswagen entre autres utilise la main d’œuvre déportée

Libération 06 au 30 avril 1945 évacuation
04 mai 1945 arrivée des Britanniques


Nom du camp Ravensbrück

Mis en service 15 mai 1939

Capacité Théorique 15 000 déportés
Maximale 30 000 déportés

Déportés Essentiellement des femmes mais des hommes arrivent en 1941. Les détenues sont : allemandes politiques, a-sociales, Polonaises, Françaises, Soviétique. Femmes Tziganes et Juives avec leurs enfants. C’est dans ce camp qu’auront lieu les expériences de stérilisation en masse des femmes et fillettes tziganes à partir de 6 ans par injection dans l’utérus, Rayons X et autres.

Expériences « pseudo médicales » :
- Expériences sur la gangrène gazeuse
- Expériences sur la régénération des muscles, des nerfs et des os
- Expériences de stérilisation de femmes
- Expériences mystérieuses avec une poudre blanche non identifiée

Décès 60 à 90 000 par le gaz, par les expériences médicales, les mauvais traitements

Activité économique HEINKEL et KRUPS utilisent la main d’œuvre déportée

Libération 27 février 1945 au 27 avril 1945 évacuation -
29 avril 1945 départ des SS - 30 avril 1945 l’armée rouge entre dans le camp


Nom du camp Struthof

Mis en service 02 septembre 1939

Capacité Théorique 15 000 déportés
Réelle 20 000 déportés

Déportés Tziganes, Polonais, politique allemands, Juifs, Espagnols, Prisonniers de guerre soviétiques/polonais/allemands.

Expériences « pseudo médicales » :
- Expériences sur le typhus
- Expériences sur l’ypérite et le phosgène
- Expériences avec l’urotropine

Décès Au moins 65 000, la seule chambre à gaz du camp n’était pas utilisée pour le meurtre massif

Activité économique A.E.G. entre autres utilise la main d’œuvre déportée

Libération 25 janvier 1945 évacuation du camp
09 mai 1945 l’armée rouge arrive dans le camp


Nom du camp Auschwitz.Birkenau

Mis en service le 20 mai 1940

Capacité Théorique 80 000 déportés
Réelle 140 000 déportés

Déportés Tziganes de toute l’Europe, Juifs, Prisonniers de guerres soviétiques, Prisonniers politiques, Polonais, à partir de 1943 femmes et enfants.

Expériences « pseudo médicales » :
- Expériences de stérilisation sur des femmes par injection intra utérines
- Expériences de stérilisation sur des hommes et des femmes au moyen de rayons X
- Etude de l’évolution du cancer de la matrice
- Expériences sur les phlegmons
- Examens de l’atrophie du foie
- Modification dans l’organisme sous l’influence de la faim
- Expériences sur les jumeaux
- Expériences avec de la mescaline : obtention des aveux
- Expériences par électrochocs sur des aliénés
- Expériences avec le sérum sanguin, afin d’obtenir un titre d’agglutination plus élevé mélange de sang des groupes A II et B III
- Expériences sur la malaria
- Fabrication de moulages en plâtre d’organes féminins prélevés sur les déportées

Décès Plus 1 200 000 morts par la sélection, les mauvais traitements, les expériences médicales, par injection de typhus notamment. Le gazage a commencé dans ce camp dès 1941.

Activité économique Installation d’une usine chimique, KRUPS installe une usine d’armements, SIEMENS, etc. Récupération des objets des déportés (montres, bijoux, vêtements, dents en or).

Libération Août 1944 première évacuation.
18 et 19 janvier 1945 : libération de 58 000 détenus.
Le 20 janvier 1945 les SS font sauter les crématoires et fusillent tziganes et juifs.
27 JANVIER 1945 les SS font sauter le dernier crématoire avant l’entrée de l’armée rouge.


Nom du camp Natzwiller/Struthof

Mis en service 1er mai 1941

Capacité Théorique 15 000 déportés
Réelle 20 à 25 000 déportés

Déportés Tziganes, a-sociaux, Alsaciens français, Juifs, Norvégiens, Luxembourgeois, Allemands. Jean LEGER a été déporté à Struthof en 1944.

Décès Plus de 22 000. La chambre à gaz n’a pas été utilisée pour les exterminations cela fut remplacé par la multiplication des expériences médicales (typhus, vivisections)

Activité économique BMW, HEINKEL

Libération 22 septembre 1944 évacuation vers les camps d’Allemagne du sud.
Avril 1945 évacuations vers DACHAU
23 novembre 1944 Arrivée des Américains



Nom du camp Lublin/Majdanek

Mis en service Octobre 1941

Capacité Théorique 15 000 déportés
Réelle 36 000 déportés

Déportés Tziganes, Juifs, soldats de l’armée Polonais, prisonniers de guerre soviétiques, enfants et adolescents tziganes et des femmes juives.

Décès 50 à 200 000 morts par gaz ou mauvais traitement.

Activité économique Récupération des effets des déportés. Usine d’armements.

Libération Printemps 44 évacuation vers Auschwitz
22 juillet 1944 départ des SS
24 juillet 1944 entrée de l’armée rouge


Nom du camp Chelmo

Mise en service 08 décembre 1941

Capacité Théorique 500 déportés
Maximale 1 500 déportés

Déportés Tziganes, juifs, Polonais, prisonniers de guerre soviétiques de 150 000 à 300 000 gazés dans les camions à gaz.

Activité économique Récupérations de tout ce qui appartenait aux morts

Libération 07 avril 1943 démontage des installations de gazage.
Destruction du château et dissolution de la garnison SS.
Juin/Juillet 1944 réouverture pour gazage et démontage des installations.


Nom du camp Dienstelle Belzec

Mis en service le 17 mars 1942

Capacité Théorique 1 000 déportés
Réelle 1 500 déportés

Déportés Tziganes et juifs

Décès 600 000 au moins. Le gazage est pratiqué à l’arrivée des déportés et ce dès la mise en service du camp.

Activité économique Récupération des effets des déportés.

Libération Printemps 1943 destruction des installations.


Nom du camp Sobibor

Mis en service 07 mai 1942

Capacité Théorique 600 déportés
Réelle 1 000 déportés

Déportés Tziganes, un convoi d’enfants en majorité, prisonniers de guerre soviétiques, Polonais, Juifs.

Décès Plus de 200 000 GAZES dès leur arrivée

Activité économique Récupération des bijoux, ors, dents en or, montre et effets personnels

Libération Octobre 1943 destruction du camp
Novembre 1943 plantations de pins


Nom du camp Treblinka

Mis en service 27 juillet 1942

Capacité Théorique 700 déportés
Réelle 1 000 déportés

Déportés Tziganes et Juifs de Varsovie

Décès Plus de 750 000 par le gaz

Activité économique Les biens des détenus sont récupérés

Libération Novembre 1943 destruction


Nom du camp Bergen Belzen

Mis en service 30 avril 1943


Capacité Théorique 10 000 déportés
Réelle 20 000 déportés

Déportés Femmes en majorité Tziganes et leurs enfants, juifs, prisonniers de guerre français, belges, italiens, sous-officiers français, puis camp d’échange des juifs, il devient un mouroir car les déportés des autres camps s’y retrouvent « par les marches de la mort » organisées par les SS.

Décès Plus de 50 000

Activité économique « Kommandos » de travail chargé de l’entretien et de la cuisine entre autres.

Libération 13 avril 1945. Départ des SS.
15 avril 1945 arrivée des britanniques


Nom du camp Mittelbau Dora

Mis en service 28 août 1943

Capacité Théorique 20 000 déportés
Réelle 35 000 déportés

Déportés Tziganes, Juifs, Français, des militaires Italiens, des enfants Tziganes et Juifs.

Décès 10 000 à 20 000

Activité économique KRUPS, BMW, HEINKEL utilisent la main d’œuvre déportée. Mais l’activité la plus importante est la fabrication des V2 dans des usines souterraines construites par les détenus

Libération 04 avril 1945 évacuation vers Belsen
11 avril 1945 arrivée des Américains


Cette macabre description n’étant pas exhaustive, nous pouvons constater que notre demande n’est pas une utopie. Nous n’avons pas des idées de vengeance. La justice ne peut être vengeance car si cela était nous serions à mettre au même rang que les nazis et pourtant c’est bien eux qui organisèrent l’extermination des Tziganes.
Enregistrer un commentaire