jeudi 11 novembre 2010

Gardons intacts les devoirs de mémoire

En ce jour de commémoration du 11 novembre revient la question : « y a-t-il trop de commémorations ? »

Que signifie cette réflexion ? On veut oublier tous ce que nos anciens ont subis lors des conflits ? On veut les oublier à jamais ?

Cela est inadmissible et chaque date a son importance, il est vrai qu’il n’y a plus de survivants de cette commémoration mais justement en les honorant nous continuons à les faire vivre dans les mémoires.

D’ailleurs c’est pour cela que notre association souhaite la reconnaissance du génocide de notre peuple lors de la seconde guerre mondiale pour qu’ils ne soient pas morts pour rien.

Comme il est facile de jouer la carte de l’oubli mais surtout ne pas omettre que le rappel des faits permet de ne pas refaire les erreurs du passé.

Et justement c’est ce qui se passe actuellement en Europe avec nos populations car les livres d’histoire ne relatent pas les horreurs, à l’encontre de nos familles depuis des siècles.

Les Rrom sont appelés à participer une fois dans l’année au mois de juillet lors pour la commémoration des crimes racistes et anti sémites commises sous l’autorité de l’Etat français de l’époque, bien mais cela permet d’englober notre génocide dans une généralité afin de ne pas le reconnaître.





Gardons nos commémorations car c’est un devoir de mémoire.
Enregistrer un commentaire