samedi 4 septembre 2010

Les communes qui expulsent et le droit de vote



SOYONS COMME CE NIGLO : CALMES

Combiens ne veulent pas rentrer dans le cadre de la loi Besson ? Plus de la moitié !

Combiens sont en règle au regard de cette dite loi, très peu. Lille par exemple, commune à direction socialiste (gauche), depuis plus de 40 ans, cela ne l’a pas empêché dès début mars 2010, donc bien avant les annonces gouvernementales, de démanteler un camp de Rrom.

Lorsque nous disons de ne pas se laisser prendre au piège des récupérations politiques, nous sommes persuadés d’avoir raison.

Il faut savoir que pour être inscrit sur les listes électorales il faut justifier de son adresse : une personne hébergée, dans bon nombre de communes, ne peut s’inscrire sur ces listes. Quant aux itinérants : forains ou autres qui ont un carnet de circulation donc avec une commune de rattachement devront attendre trois ans pour savoir s’ils vont oui ou non figurer sur une liste électorale.

Alors dans un premier temps au lieu de dire tout et n’importe quoi afin d’exercer une certaine récupération, les partis politiques et leurs représentants feraient mieux dans les instances où cela est possible de convaincre les parlementaires réticents d’arrêter les expulsions dans toute la France.

A nos frères et sœurs Rrom nous disons aujourd’hui manifestez dans le calme et la dignité mais surtout évitez de répondre aux sirènes de tel ou tel parti politique qui vous font miroiter monts et merveilles, vous savez très bien qu’au bout du compte ils ne règleront aucun de nos problèmes.

DOSTA A TOUTES LES EXPULSTIONS SANS EXCEPTION
Enregistrer un commentaire