mercredi 29 septembre 2010

GENS DU VOYAGE




Ils font des ricochets
De village en village
Le cœur bien accroché
De nuage en nuage

Ils battent en retraite
De clocher en clocher
On les traîne on les traite
Comme l’enfant son hochet

Le plus beau papier peint
C’est le ciel qui défile
Et le plus beau jardin
Du monde de profil

Ils ont dans leurs guitares
Des légendes d’un autre âge
Et des Django Reinhardt
Les doigts dans les nuages

Ils n’ont pour tout drapeau
Que du linge qui sèche
Pour hymne des chevaux
Qui rythment au pas leur marche

Et quand les chiens aboient
Passe leurs caravanes
Au ciel de leur convoi
Plane l’âme tzigane

Dans nos vies sédentaires
Le temps nous enracine
Nous attache à la terre
Loin de nos origines

Texte découvert sur la toile auteur inconnu

mardi 28 septembre 2010

C'est NON


Le procureur a rendu sa décision : NON

Il n’y a pas de mots pour décrire ce que ce soir nous ressentons : le procureur général du parquet d’Aix en Provence a clôturé le dossier GUERDNER/NONCHAL.

Que pensez de notre justice et ne voyons pas seulement que Joseph GUERDNER faisait partie de notre communauté mais cela aurait pu ou pourrait arriver à n’importe quel jeune.

Certains diront qu’il n’aurait pas dû s’échapper, mais est-ce que vraiment il y a eu une tentative ? Nous ne sommes pas experts ou autres mais lorsque quelqu’un tombe de 4m60 il devrait, au moins, avoir une cheville cassée ou plus. Là non avec trois balles dans le corps, après avoir sauté d’un étage Joseph a couru, passé par-dessus un grillage, arrivé dans la cour d’un couvent et monté à un arbre et tout cela pieds et poings liés !

Le résultat est qu’il est mort, tué par les forces de l’ordre, qui normalement doivent nous défendre et laisse trois orphelins. Quant au fonctionnaire en récompense il a été muté à Papeete avec un salaire augmenté vu qu’il est hors de France.

Stefan ROMANOF Czardas de Monti



Pour entamer une soirée formidable

La langue de bois de la Présidence de la République Française




Nous vous remettons le courriel que nous avions envoyé à Monsieur SARKOZY le 23 septembre 2010 :

Monsieur le Président de la République Française,

Nous avons l'honneur de solliciter de votre autorité un regard sur un point précis et d'autres concernant nos communautés Rrom.

Nous avons à deux reprises interpellé Monsieur le Ministre de l'Intérieur sollicitant l'organisation d'une table ronde sous votre autorité gouvernementale et des représentants des associations Rrom, sur le problème des démantèlements des camps que vous appelez illicites et des expulsions qui en résultent.

Vous connaissez, Monsieur le Président de la République notre désaccord sur ce problème pour vous l'avoir déjà exposé : à savoir que si les communes de plus de 20 000 habitants avaient créé des aires de stationnement comme le prévoit la Loi Besson, si imparfaite soit-elle, cela aurait minimisé considérablement pour ne pas dire abolit ces mesures, qui soit dit en passant, paraissent véritablement anti-sociales, nous pensons que vous en conviendrez.

De plus, Monsieur le Président de la République, il est à souligner que nous sommes conscients que nos communautés ont des devoirs au même titre que tout un chacun, de ce fait il est bien certain que nous devrions avoir les mêmes droits, à savoir : égalité des devoirs et des droits en matière de logement, emploi. Retrait total du carnet de circulation qui est une mesure de coercition insupportable au 21ème siècle et les empêche d'être inscrit sur les listes électorales (3 ans d'attente) au même titre que tout un chacun, le civisme nous concerne tous.

Mise à disposition par les Communes ou les Départements de lieux de rassemblement pour la communauté évangéliste pour laquelle la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat ne devrait pas rentrer en ligne de compte puisque lieu non fixe.

Voilà Monsieur le Président de la République quelques points qui pourraient être discuté lors de cette table ronde sans omettre, bien entendu, notre demande de reconnaissance du génocide de nos populations avec une date fixe de commémoration, car vous n'êtes pas sans ignorer, Monsieur le Président de la République, que le 25 avril de chaque année pratiquement aucune municipalité ne nous associe à ces manifestations du souvenir.

Souhaitant ne pas vous avoir trop importuné et espérant vous rencontrer dans les meilleurs délais;

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, à l'expression de notre plus parfaite considération.
Mme LABBE Véronique

Présidente Association NOTRE ROUTE
Tél : 06 19 93 01 36

lundi 27 septembre 2010

Déclarations des Droits de l'Homme Article 1 à 17


Un droit fondamental très souvent bafoué
Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
Article 2 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.
Article 3 - Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.
Article 4 - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.
Article 5 - La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.
Article 6 - La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
Article 7 - Nul homme ne peut être accusé, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l'instant ; il se rend coupable par la résistance.
Article 8 - La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.
Article 9 - Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.
Article 10 - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.
Article 11 - La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.
Article 12 - La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.
Article 13 - Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés.
Article 14 - Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.
Article 15 - La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.
Article 16 - Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution.
Article 17 - La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.

La famille GUEDNER vous remercie


En mai 2008, cela fait maintenant plus de deux ans, un jeune père de 27 ans tombait après avoir subit un tir de 7 projectiles dont 3 mortelles l’ont tué, venant d’un révolver de gendarme.

Ce « fait divers » a touché un membre de la communauté Rrom mais cela pourrait arriver à tout le monde.
La famille effondrée, au moment des faits et restée digne et faisait confiance en la justice française.

Le 17 septembre 2010, la Cour d’Assisses de Draguignan a acquitté le fonctionnaire.
La famille est abasourdie et c’est compréhensible. Il ne reste plus qu’une solution : que le Procureur Général d’Aix en Provence fasse appel. La mère de la victime, Micheline GUERDNER, ne sachant comment faire pour que soit rendue une justice équitable a engagé une grève de la faim.

De nombreuses personnes d’Aix en Provence et ses alentours ont eut la possibilité d’aller signer une pétition vers Micheline.
De notre côté, à travers FACEBOOK et notre blog nous avons lancé un appel de messages de soutien.
Oh combien sont ami(e)s avec notre communauté ou notre association. Oui nous avions besoin de messages pour cette famille abstraction de la communauté mais surtout sur le fond.

Alors nous avons pu compter les personnes qui savent s’engager et nous tenons à les remercier vivement et les autres ils ont pris leur responsabilité ou n’ont pas compris qu’à travers l’affaire GUERDENER c’était un principe fondamental de ne pas remettre, sous quelque forme que ce soit, une sorte de peine de mort.
Il est 18 h 44 ce lundi 27 septembre 2010 et aucune réponse du Procureur, à suivre.

samedi 25 septembre 2010

Micheline GUERDNER



Apportez votre soutien par courriel à cette mère qui réclame justice pour son fils qui a reçu 7 balles dont 3 mortelles par un gendarme que la justice a acquitté
Envoyez vos soutiens : véronique.labbe@neuf.fr tous vos messages seront remis le LUNDI 27/09/2010 date limite avant la clôture définitive du dossier


Apoyo a nosotros por correo electrónico a la madre que busca justicia para su hijo, que recibió 7 bolas de los cuales 3 la muerte de un policía que la justicia ha absuelto
Envía tu apoyo: neuf.fr @ véronique.labbe todos los mensajes se entregan de lunes, 27/09/2010 fecha límite antes de finalmente cerrar el archivo

vendredi 24 septembre 2010

Après les années noires la vie reprend son cours ....



Gens du voyage, votre seul tort fut de vivre votre passion plus intensément que celle de vos bourreaux. Votre raison d’exister convaincra, j’en suis sûr, vos derniers détracteurs. Qu’il est vain de retarder encore la reconnaissance du génocide des populations du voyage, plus de 500 000 gitans, manouches, Rrom, sintis, yenichs, forains, etc. COURALET Jean-Claude concepteur de ce tableau anecdoctique et de l'écrit

Appel de : Albert PLATTEY (membre de ce blog)

Je vous prie de bien vouloir prendre note de ce qui est écrit ci-dessous et si vous pouvez répondre à la demande d'Albert, passez-nous un message.
Merci pour John et Albert


Bonjour Véronique.

Donc, voici la demande que je tiens à te faire, en mon nom et celui de mon cousin John Martinage.

Je vais d'abord te parler de John. Il est danseur et chorégraphe hip hop, il a joué dans pas mal de spectacles de danse, son dernier en date était SAMUDARIPEN créé par la compagnie Mémoires vives, et a dansé dernièrement pour Bambino Reinhardt, qui si je me souviens bien est le fils de Babik, frêre de Django. Il est en train de constituer sa troupe de danse, et pour la création de sa première pièce m'a demandé de l'aider à l'écriture de dialogues autour du thème des gens du voyage et la sédentarisation.

C'est dans cette optique là que nous recherchons des témoignages de gens du voyage sédentarisés en France : on aimerait qu'ils nous racontent leur vie en maison, pourquoi ont ils décidé de quitter la route pour s'installer en maison, leurs relations avec leur voisinage gadjo, les difficultés qu'ils ont pu rencontrer, etc...

S'il t'est possible de pouvoir faire passer notre annonce autour de toi, ou par le biais du blog AMARO DROM, ce serait très sympa. Nous avons quelques difficultés pour trouver des témoignages sur internet ou en livres, et nous tenons vraiment à créer un spectacle où nous tous exprimerons nos pensées, souvenirs, et ressentis concernant notre situation face à la politique d'état actuelle.

Nous te remercions d'avance Véronique.

Latcho drom!

Albert Plattey, John Martinage

jeudi 23 septembre 2010

La Commission Européenne nous répond

Veuillez trouver ci-dessous la réponse de Mme REDING Viviane à notre courriel du 26 Août 3010



D'autre part nous avons fait un couper coller du 14 Septembre 2010 "SPEECH/10/428

SPEECH/10/428
Viviane Reding
Vice-Présidente de la Commission européenne responsable de la
Justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté
Déclaration sur l'évolution de la
situation concernant les Roms
Bruxelles, le 14 septembre 2010
2
"La Commission européenne a suivi de très près l'évolution de la situation
concernant les Roms en France, au cours des dernières semaines.
J'ai été personnellement choquée par des circonstances qui donnent l'impression
que des personnes sont renvoyées d'un Etat membre uniquement parce qu'elles
appartiennent à une certaine minorité ethnique. Je pensais que l'Europe ne serait
plus le témoin de ce genre de situation après la seconde guerre mondiale.
J'ai clairement exprimé mes doutes concernant la légalité des mesures françaises,
dans ma déclaration publique du 25 août, faite de commun accord avec le Président
de la Commission, avec qui j'ai travaillé étroitement sur cette question pendant l'été.
Le 1er septembre dernier, j'ai, présenté avec le commissaire Andor et la
commissaire Malmström, une analyse juridique préliminaire des mesures
françaises, au Président Barroso et au Collège des commissaires.
Cette analyse préliminaire a souligné, entre autres, que la France serait en
violation des lois de l'Union européenne si les mesures prises par les
autorités françaises lors de l'application de la Directive sur la libre circulation,
ciblaient un groupe particulier de personnes sur base de la nationalité, de la
race ou de l'origine ethnique.
Le Collège des commissaires a tenu un débat approfondi sur cette question la
semaine dernière à Strasbourg.
Lors d'une réunion formelle avec les ministres français Eric Besson et Pierre
Lellouche, la Commission européenne, représentée par la commissaire Malmström
et moi-même, a reçu des assurances politiques qu'aucun groupe ethnique
spécifique n'avait été ciblé en France. Cela n'a pas permis de dissiper nos doutes.
C'est pourquoi mardi dernier, j'ai aussi envoyé une lettre formelle au ministre
français Besson demandant des informations supplémentaires à envoyer
rapidement à la Commission.
Je regrette profondément que les assurances politiques données par deux
ministres français mandatés officiellement pour discuter de cette question
avec la Commission européenne, sont maintenant ouvertement contredites
par une circulaire administrative de ce même gouvernement.
Le rôle de la Commission en tant que gardienne des Traités est rendu extrêmement
difficile si nous ne pouvons plus avoir confiance dans les assurances données par
deux ministres lors d'une réunion formelle avec deux commissaires et en présence
de 15 fonctionnaires de haut niveau de part et d'autre de la table.
Vu l'importance de la situation, il ne s'agit pas d'un affront mineur. Après 11
ans d'expérience à la Commission, je dirais même plus, c'est une honte.
Soyons clairs : la discrimination basée sur l'origine ethnique ou la race, n'a
pas de place en Europe. Elle est incompatible avec les valeurs sur lesquelles
l'Union européenne est fondée. Les autorités nationales qui discriminent des
groupes ethniques lors de l'application du droit de l'Union européenne violent
aussi la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, que tous les
Etats membres ont signée, y compris la France.
Je trouve donc extrêmement troublant que l'un de nos Etats membres, à travers des
actes de son administration, remette en question, de manière aussi grave, les
valeurs communes et le droit de l'Union européenne.
3
Je souhaite aussi exprimer mon désaccord avec les déclarations faites hier par le
Secrétaire d'Etat chargé des affaires européennes mettant en cause le rôle de la
Commission européenne en tant que gardienne des Traités. Permettez-moi de
rappeler le rôle de la Commission en tant que gardienne des Traités, qui est un des
fondements de l'Union européenne – une Union qui existe, non pas par la force,
mais à travers le respect des règles de droit adoptées par tous les Etats membres, y
compris la France.
Je note que les autorités françaises elles-mêmes semblent prendre conscience que
les évènements de ce weekend les mettent dans une situation intenable. Je note
également qu'hier après-midi, le ministre français de l'Intérieur a signé une nouvelle
circulaire éliminant les références à un groupe ethnique spécifique. Nous sommes
en train d'en examiner les conséquences juridiques. Il est important que ce ne
soient pas seulement les mots qui changent mais aussi le comportement des
autorités françaises. Je demande donc aux autorités françaises une
explication rapide.
La Commission tiendra compte de l'ensemble des évolutions ainsi que de toute
autre documentation pertinente, dans son analyse juridique de la situation. Cette
analyse juridique est conduite en étroite coopération par mes services, les services
des commissaires Malmström et Andor, ainsi que le Service juridique du Président.
Je m'attends à ce qu'elle soit finalisée dans les jours qui viennent.
Je suis personnellement convaincue que la Commission n'aura pas d'autre
choix que celui d'ouvrir une procédure d'infraction à l'encontre de la France,
sur la base de deux motifs :
- le premier : application discriminatoire de la Directive sur la libre circulation.;
- le second : défaut de transposition des garanties procédurales et matérielles
prévues par la Directive sur la libre circulation.
Bien sûr, je donnerai aux autorités françaises le droit de soumettre dans les
prochains jours leurs commentaires sur les nouvelles évolutions. Toutefois ma
patience a des limites, trop c'est trop.
Aucun Etat membre n'est en droit de s'attendre à un traitement spécial lorsque les
valeurs fondamentales et le droit de l'Union européenne sont en jeu. Aujourd'hui
cela s'applique à la France. Et cela s'appliquera de la même manière à tout autre
Etat membre, grand ou petit, qui serait dans une situation comparable. Vous pouvez
compter sur moi. "

Nouvelle intevention par courriel M. SARKOZY et HORTEFEUX

Monsieur le Président de la République Française,
Nous avons l'honneur de solliciter de votre autorité un regard sur un point précis et d'autres concernant nos communautés Rrom.
Nous avons à deux reprises interpellé Monsieur le Ministre de l'Intérieur sollicitant l'organisation d'une table ronde sous votre autorité gouvernementale et des représentants des associations Rrom, sur le problème des démantèlements des camps que vous appelez illicites et des expulsions qui en résultent.
Vous connaissez, Monsieur le Président de la République notre désaccord sur ce problème pour vous l'avoir déjà exposé : à savoir que si les communes de plus de 20 000 habitants avaient créé des aires de stationnement comme le prévoit la Loi Besson, si imparfaite soit-elle, cela aurait mininisé considérablement pour ne pas dire abolit ces mesures, qui soit dit en passant, paraissent véritablement anti-sociales, nous pensons que vous en conviendrez.
De plus, Monsieur le Président de la République, il est à souligner que nous sommes conscients que nos communautés ont des devoirs au même titre que tout un chacun, de ce fait il est bien certain que nous devrions avoir les mêmes droits, à savoir : égalité des devoirs et des droits en matière de logement, emploi. Retrait total du carnet de circulation qui est une mesure de coercition insupportable au 21ème siècle et les empêche d'être inscrit sur les listes électorales (3 ans d'attente) au même titre que tout un chacun, le civisme nous concerne tous.
Mise à disposition par les Communes ou les Départements de lieux de rassemblement pour la communauté évangéliste pour laquelle la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat ne devrait pas rentrer en ligne de compte puisque lieu non fixe.
Voilà Monsieur le Président de la République quelques points qui pourraient être discuté lors de cette table ronde sans omettre, bien entendu, notre demande de reconnaissance du génocide de nos populations avec une date fixe de commémoration, car vous n'êtes pas sans ignorer, Monsieur le Président de la République, que le 25 avril de chaque année pratiquement aucune municipalité ne nous associe à ces manifestations du souvenir.
Souhaitant ne pas vous avoir trop importuné et espérant vous rencontrer dans les meilleurs délais,;
Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, à l'expression de notre plus parfaite considération.
Mme LABBE Véronique
Présidente Association NOTRE ROUTE
Tél : 06 19 93 01 36

Un camp de romanichels est démantelé à Montreuil




Les actualités du 9 septembre 1910

Chemineaux sans patrie, tribus, nomades traînant un peu partout, de clocher en clocher, dans la poussière des routes, leurs roulottes vétustes où, parmi les chiffons s'entassent de grouillantes nichées, les romanichels ont eu hier matin, avant l'aurore un triste réveil. La rude main de la police s est appesantie sur leurs libres épaules. Et maintenant, loin des horizons larges et des chemins clairs, ils connaissent l'ombre du cachot.

Depuis quelque temps les inspecteurs des brigades mobiles de la Sûreté générale refoulaient hors de leurs circonscriptions, en province, les romanichels campant dans les régions qu'ils sont chargés de surveiller. En longues caravanes, les roulottes de nombreuses tribus s'acheminaient lentement vers Paris. C'est ainsi qu'à la porte de Montreuil notamment, campaient une cinquantaine de voitures et tout un peuple de vagabonds vivant de rapines. Quantité de femmes, dès le matin, s'égaillaient dans les rues de la capitale et y commettaient toutes sortes de larcins. Des vols au "rendez-moi", un vol de 8,000 francs, au préjudice d'une boulangère de la place de la République, décidèrent, la police à agir.

Dès cinq heures, hier matin, M. Hamard, chef de la Sûreté, accompagné de MM. Jouin, sous-chef ; Guillaume et Perrot des Gachons, secrétaires, et de quatre-vingts agents et inspecteurs de police, ébranlait à coups de canne les roulottes, et réveillait brusquement les tribus ensommeillées. Aux lucarnes de quelques voitures tremblote soudain une pâle lueur, et des figures étranges se montrent aux portes. Dans quelques autres, les propriétaires font la sourde oreille.

Les papiers sont vérifiés ; le brigadier Fleury entre dans les cahutes roulantes, soulève des couvertures, jette un regard sous le lit. Des inspecteurs emmènent les romanichels. C'est une indescriptible cohue ; les chiens aboient, les enfants pleurent. Ceux dont on a troublé le sommeil se résignent tristement. On n'a point de peine à concevoir que ce n'est pas la première fois que pareille aventure leur arrive. Ils y sont habitués. Par fournées les gardiens de la paix les emmènent au poste de police de la rue des Orteaux.

A d'autres maintenant le chef de la Sûreté donne des ordres. De la rue de Paris, à Montreuil, on se dirige vers l'avenue Etienne-Marcel et l'avenue du Centenaire, à Bagnolet. Là, s'agglomèrent de sordides campements. La marmaille ébouriffée et bruyante abonde. Ici, les nomades résistent. Ces êtres, brunis par tous les soleils, hâlés, par tous les vents, orgueilleux de la crasse ancestrale qui patine leur front se dressent avec des regards de colère. La tribu Patrack jette les hauts cris ; le chef se refuse à suivre les inspecteurs qui l'entourent Il faut employer la force, et le brigadier Fleury, en un tour de main, réfrène toute résistance.

Il est six heures. Tout est fini. Les campements sont déserts. A leur tour, les chiens policiers : Coquette, à M. Jouin, Kiki et Volff, à l'inspecteur Leroy, flairent les roulottes, Brutal, le terrible chien de M. Lechevrel, saute dans les voitures à travers les lucarnes et l'on peut être sûr qu'après cette opération, pas un vagabond n'a pu échapper aux investigations.

Soixante plaignants, victimes de voleurs, avaient été convoqués. Ils ont été confrontés avec les romanichels arrêtés. Ajoutons que la police espérait mettre la main sur un individu accuse d'un crime commis en province et qui remontait à quatre années. Le bandit n'a pu être retrouvé.

M .Bertillon, accompagné de l'inspecteur principal Prunier, et des photographes de son service, a procédé à d'intéressantes constatations. Quatre-vingt-quinze individus ont défilé devant lui. A la demande de la Sûreté générale, il s'était muni de toutes les fiches de romanichels et à l'aide de ces documents, il a pu établir l'identité de nombreux vagabonds. Un certain nombre d'entre eux, d'origine étrangère et frappés d'expulsion, ont été ainsi reconnus. Des interdits de séjour, des insoumis à la loi militaire, des cambrioleurs, des voleurs et des voleuses au "rendez-moi", recherchés par le parquet de la Seine et des parquets de province, ont été arrêtés.
http://cpascans.canalblog.com/archives/p10-10.html

Les années ont passé et l'actualité se répète

mardi 21 septembre 2010

Le Cousin de Gérard FERRER



Pascal FERRER : bon sang ne saurait mentir

Gérard FERRER reprise de Barry WITHE



Du grand Gérard FERRER le 20/09/2010 sur le Marseillois après avoir mis le feu à sa guitare au fond du hangar il met le feu lors des Bodégas

Gérard FERRER interprete CORAZON PARTIO



Le soleil est en train de nous quitter et les Bodegas du Marseillois ne se font plus sur le pont mais dans la cale.
Gérard FERRER redonne du soleil chaque lundi.

C'est génial on se retrouve entre amis et l'ambiance est très chaleureuse.

Histoire et Vie des Gens du Voyage (suite)


La vie des Gitans, Manouches, Rrom (Sintis, Yenischs)


Non seulement, ils se marient entre eux, mais encore à l’intérieur d’un même groupe, celui ou celle qui épouse un étranger est exclu du clan. Ils ont, perdu de leur origine, conservé le système de caste, pure ou impure et les mariages ne se font qu’entre gens de la même caste. Ils se marient très jeunes ce qui explique que plusieurs générations peuvent cohabiter dans la même caravane.

Les plus grandes fêtes religieuses sont la Saint Georges, le pèlerinage qui fête SARA la Kali (noire), en Mai aux Saintes Maries de la Mer où ils viennent du monde entier. Bien qu’ayant adopté la religion du pays où ils sont implantés, ils gardent les pratiques « magiques », la notion de bonne ou mauvaise chance demeurant primordiale. N’oublions pas la fête de la Saint Jean (solstice d’été).

L’origine du nom « Rrom » que se donne la plupart de ces peuples pourraient venir de RAMA le héros légendaire du RAMAYANA. Un grand nombre de noms usuels vient directement de l’Inde comme, JANO BHUVA, MONDARI pour les hommes, KALI, KOPALA, PUTURKA pour les femmes.

Parenté, Famille : Refuge, pôle de référence et maillon essentiel d’un vaste réseau de relation communautaire la famille, dont les contours ne sont pas formellement arrêtés, est, pour la société dite « Tzigane » l’unité sociale et économique de base. C’est à partir d’elle que chaque membre construit sa représentation de l’univers social auquel il appartient. La cellule familiale s’insère traditionnellement dans des ensembles sociaux plus vastes, tant la « kumpania » (compagnie) des nomades ou la « mohala » (quartier des sédentarisés), dont elle tire beaucoup de sa cohésion et qu’elle continue à dynamiser.


Le mariage dans la communauté


Les jeunes garçons et filles de la communauté, dès 14-15 ans se fréquentent sans que leurs parents le sachent. Lorsque la jeune fille commence à se maquiller, à faire attention à sa tenue vestimentaire, ses parents comprennent qu’elle désire se marier et iront voir les parents du jeune homme pour lui demander sa main.

Dès que les deux familles se sont mises d’accord, le couple pourra se voir pour mieux faire connaissance (sans excéder deux ans). Dans notre communauté le jour du mariage la jeune fille doit être impérativement vierge ce qui est vérifiée par le rite du mouchoir (en présence de femmes les plus âgées), cela s’appelle le rite (Al mucado).

Pendant les fiançailles on les verra ensemble dans le quartier. Quand ils désirent aller au cinéma ils devront être accompagnés d’un membre de leur famille plus âgé.

Le mariage : comme tous les mariages, cela entraîne de grosses dépenses (familles nombreuses donc beaucoup d’invités de 250 à 500 personnes). La famille la plus proche participera aux frais.

Le jour du mariage la fête ne commencera que lorsque la virginité de la jeune fille a été vérifiée. Elle sera alors au centre de la fête, elle portera plusieurs toilettes. On acclamera les mariés par des chants et on leur jettera des dragées par poignées.

dimanche 19 septembre 2010

LE PEUPLE DE L'UNION ROMANI sont remplis d'une profonde tristesse 17/09/2010


(Google Traduction)Il ya trois jours nous étions très heureux lorsque nous avons appris que le commissaire à la Justice de la Commission européenne, Mme Viviane Reding, a voulu proposer au Président de la Commission d'ouvrir une procédure devant la Cour de justice européenne à Luxembourg en raison de la politique de déportations de masse contre les Roms menées par le gouvernement français. Pour cette raison, nous a félicité la Commission européenne. Nous avons exhorté le Commissaire de la Justice de ne pas faillir à son engagement et, en même temps, nous avons demandé le Président de la Commission, M. Barroso Joao son soutien à l'initiative de son commissaire.

Mais nous nous attendions à quelque chose de mauvais se produise. Notre satisfaction ne pouvait durer longtemps et notre peur de paraître debout devant un mirage fait de nous dire que nous: «ratifié dans notre volonté, comme un organisme de tsiganes à également comparaître devant la Cour de Luxembourg pour exercer notre droit de défendre notre communauté afin injustement rudoyée».

Et la peur a été remplie. La lecture des manchettes sur les couvertures de la presse espagnole et européenne a été comme un courant d'eau froide qui est tombé sur nos souffrances et de persécutions dos. Même à notre subconscient est venu les cris des racistes de toutes les couleurs qui disait: Viva Sarkozy! Et ils ont raison de se réjouir, parce que la lecture qui a été faite des déclarations des chefs d'État et de gouvernement lors du sommet de Bruxelles, c'est que Sarkozy avait échappé et qu'ils appuient sa politique contre les Tziganes, oui, contre les Tziganes, en ce qui concerne à la position initialement adoptée par le commissaire de la Justice.

Qu'est-il arrivé, par conséquent, les demandes les précisions suivantes à partir de notre organisation:



Premièrement: Nous ne savons pas comment les hauts dirigeants sont entrés dans le vif du sujet, c'est-à-dire, dans l'analyse du comportement du gouvernement français qui, selon l'opinion majoritaire du Parlement européen, a violé la loi française, les accords internationaux et la Constitution européenne. Toute sa force, qui est immense, a été destiné à protéger le président français, qui sentait son honneur et la grandeur "grièvement blessé par les propos de Mme Reding.



Deuxièmement: Tout le monde a entendu que le président de la Commission Barroso Joao et Nicolas Sarkozy ont eu un combat très fort. Des sources crédibles affirment qu'ils criaient les uns les autres. Barroso défend son commissaire et Sarkozy dire que Mme Redding avait offensé tous les Français. À ce stade, se souciait peu de la douleur de centaines, voire des milliers, des enfants et des personnes âgées expulsées sans avoir rien fait de mal à justifier une telle violence gouvernementale. Le président français sait très bien comment gérer les ressorts populistes et le reste de la tête du gouvernement, nous ne savons pas si consciemment ou inconsciemment, ils étaient tombés dans le piège. Les Roumains et les Bulgares Tsiganes ont été définitivement mis de côté. L'important était de condamner le commissaire et, en même temps, laisser Sarkozy libres de continuer à expulser les Tsiganes, malgré que le Parlement européen lui a ordonné d'arrêter immédiatement les expulsions de masse.



Troisième: À l'Union Romani, devant le Président Sarkozy a provoqué cette confrontation au cœur du Sommet, nous avons dit que la comparaison faite par Mme Reding a été exagérée et pas du tout comparable à la déportation des Juifs et des Tsiganes faites par les collaborationnistes français gouvernement qui ont envoyé des milliers de chambres à gaz nazies de personnes innocentes. Alors que, personne ne pourra nous accuser de populisme démagogique que nous avons fait observer dans les dirigeants français acclamé par la plupart des gouverneurs qui ont participé au Sommet.



Quatrièmement: Nous comprenons que les chefs de gouvernement, réunis en conclave, ont une prédisposition particulière à se comprendre mutuellement. Il est humain et naturel. Mais nous ne partageons pas les déclarations d'un leader européen qui a accepté les explications de son homologue français, comme si les déclarations de l'accusé qui est maintenant, d'autres non plus par le Parlement européen et la Commission, serait la Parole de Dieu ne fait aucun doute.



Cinquièmement: Nous exprimons notre tristesse et de déception parce que les dirigeants européens lors du sommet n'a pas eu le courage d'arrêter le président français. Il aurait suffi si un seul aurait accepté la résolution adoptée par le Parlement européen et du commissaire sera d'enquêter sur la circulaire émise par le ministère de l'Intérieur pour les postes de police français donnant des instructions à démanteler les camps de Roms. C'est-à-dire, donner un raciste, inconstitutionnelle, anti-européenne, inhumains et clair afin connotations nazies. Mais malheureusement, cela n'a pas eu lieu.



Sixième: Mais les Gitans, nous avons foi dans le peuple de bonne volonté de l'Europe, qui sont la majorité. Les citoyens à la fois de la gauche et la droite, libéraux ou conservateurs qui ne sont pas du tout d'accord avec le comportement du gouvernement français, rien à voir avec le peuple français, qui donne M. Sarkozy de 32% par rapport à des attentes électorales les 53% que sont donnés à son opposition.



Septième: Mais nous, en tirant la force dont nous n'avons pas plus besoin, nous arriverons à la Cour de justice des Communautés européennes. Et les juges, les 27 juges de la Cour, seront ceux qui feront une déclaration que nous ne doutons pas sera exemplaire et convictions contre le gouvernement français et contre ceux qui veulent chercher à se faire justice eux-mêmes.



Juan de Dios Ramírez-Heredia

Président de l'Union Romani

samedi 18 septembre 2010

Bonjour de Finn Anson de Dordogne

Chere Madame Labbe,


Il y a quelques années j'ai eu le plaisir de parler avec vous au sujet de mon desir de travailler avec les gens de voyage. Vous m'avez été de très bon conseil mais pour des raisons différents je n'ai pas pu avance dans mes projets.


A partir de la semaine prochaine je vais pouvoir assister dans une classe de jeunes gitans a Riberac, en Dordogne, pour assister le maître dans l'enseignement.


Je suis très content et sais que mon chemin va s'enrichir par ces rencontres.


Comme tout 'gadjo' j'aurai vraiment tout a découvrir sauf le simple essence de la vie qui nous est tous donne. De la j'espère pouvoir être utile.


Les questions sont multiples et je serai impatient pour des réponses. J'ai une grande ami gitane avec qui je joue du théâtre depuis deux ans et nous avons souvent discuter sur le travail de fond pour aider.


Je ne veux pas me trouver dans cette situation de Gadjo, comme a été si bien décrit sur votre blog par Sr.Alejandro Del Toro Montserrat.


Je pense a enthusiasmer les jeunes a faire du théâtre. Depuis trois ans je travail intensément sur les arts du théâtre et je trouve que les jeunes pourraient non pas seulement s'éclater et s'épanouir mais aussi parler au monde, si ils veulent, de leurs difficultés et frustrations, de leurs bonheurs et joies, de leurs traditions et âme.


Le chemin va être magnifique je le sais et je voulais juste vous remercier parce que vous m'avez donne tant de bonté et encouragement lorsque nous nous sommes parles.




Si je puis je resterai en contact et vous tiendrai au courant des projets.


En vous espérant toute la belle lumière d'automne


Sincèrement


Finn Anson


voilà une amitié téléphonique et nous sommes contents d'avoir eu des nouvelles de Finn ce jour
Nous lui souhaitons plein de bonne choses et resterons à son écoute

Les corbeaux sont les gitans du ciel par Alexandre ROMANES-



Dans les tribus gitanes et tsiganes, les hommes et les femmes ont un sentiment d’injustice, une injustice qui vient de loin. Louis XIV avait envoyé son armée pour anéantir une tribu gitane qui se promenait dans l’ouest de la France. Ils ne l’ont jamais trouvée.
Bien avant que la Seconde Guerre mondiale ne commence, la France n’avait pas encore été envahie par l’armée allemande, le gouvernement de la France avait construit des camps pour interner les Gitans et les républicains espagnols. Quand vous allez du côté de Barcelone et qu’ils reconnaissent votre accent français, ce n’est pas, encore aujourd’hui, la meilleur entrée en matière qui soit.
Mon père est né avant la Première Guerre mondiale, son père avait une petite roulotte en bois tirée par un cheval. Mon père disait : « Dans tous les villages que l’on traversait, on nous jetait des pierres. Les seules personnes qui nous défendaient, c’était les aristocrates, les maîtres d’école et les gens d’église ». Mes grands-parents avec leur fille dormaient dans la petite roulotte, mon père avec ses frères dormaient dehors. Et mon père ajoutait : « On était heureux ». Ils l’étaient probablement autant qu’on peut l’être car les conventions stupides du XIXème siècle ne les atteignaient pas, et surtout ils avaient de l’espace.
Puis la Seconde Guerre mondiale est arrivée et le désastre s’est enclenché. Nous avons d’abord été déportés puis exterminés, comme nos frères de misère, les juifs, les homosexuels et les fous. Jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale, économiquement, nous ne sommes pas malheureux car nous faisons des lames pour les couteaux et les épées ; et nous faisons le commerce des chevaux. Nos chevaux étaient magnifiques et nous vivions à la campagne. Après la Première Guerre mondiale, le fusil a remplacé les lames, le camion et la voiture ont remplacé le cheval. L’essentiel de notre activité économique n’existe plus. Et, pis encore, les campagnes se vident au profit des villes et, pour notre malheur, nous suivons le mouvement.
Le virage du XXème siècle, nous l’avons raté. On peut dire que nous avons été droit dans le mur. Pas seulement parce que la base de notre activité économique a disparu, mais il y a aussi notre mentalité. La réussite sociale, la mode, le sport, les vacances, les diplômes, être patron ou employé, être le premier, le plus beau, le plus riche, le plus puissant, ça n’a pas de sens pour un Gitan et pour un Tsigane. Un vieux Gitan me disait : « En 1939, on m’a enrôlé de force dans l’armée française, mais j’ai quand même réussi à déserter ». Quand je lui ai demandé pourquoi, il m’a dit : « Comment un homme peut-il tuer un autre homme qu’il ne connaît même pas ? »
Aujourd’hui, les problèmes sont différents. Pourquoi devons-nous être contrôlés en permanence ? Si je vais avec ma voiture et ma caravane de Lille à Marseille, je suis contrôlé cinq ou six fois dans la journée. Pourquoi faut-il un permis de conduire spécial pour tracter une caravane de 6 mètres ? Les gens qui partent en vacances ont des caravanes de 3 ou 4 mètres, et là, bizarrement, pas besoin de permis. Mais les caravanes de 3 ou 4 mètres sont achetées par des « non-gitans ». Quand il y a un terrain vague loin des habitations, on nous interdit de l’occuper, pourquoi ? Ça dérange qui ? Nous n’avons toujours pas de carte d’identité. Il y a ce qui a été pudiquement appelé « les aires de stationnement pour les gens du voyage ».
Pourquoi devons-nous être parqués comme des animaux ? Ces endroits sont presque toujours situés entre l’autoroute et la décharge municipale. On nous dit : « Vous êtes des voleurs ». La France a pillé la moitié du continent africain. On ne dit jamais que les français sont des voleurs. Je suis dans un restaurant à côté du cirque, un homme engage la conversation avec moi, et, comme il est sympathique, nous parlons très librement. Il me dit : « Dites-moi la vérité, vous les Gitans et les Tziganes, est-ce que vous êtes vraiment terribles ? » Je lui dis que oui, mais j’ajoute : « Vous les gadjos, vous êtes plus terribles que nous ». Le gars me demande de m’expliquer. Je lui dis : « Vous avez inventé deux guerres mondiales, les chambres à gaz, la bombe atomique, l’Inquisition,, la colonisation, l’ordinateur… ». « Arrêtez ! », me répond-il. « Je suis d’accord avec vous, nous sommes plus terribles que vous ».
Je connais quelques ministres et quelques députés de bonne volonté. Quelques-uns ont de l’écoute, mais ils sont rares. La plupart des gens qui sont bardés de diplômes et qu’on appelle l’élite n’ont pas d’écoute. Est-ce que ces gens se trouvent très bien, c’est-à-dire supérieurs à tout le monde ? Un vieux Tsigane me disait récemment à propos des gens de pouvoir : « Ce n’est pas parce qu’il ne faut pas écouter tout le monde qu’il ne faut écouter personne ». Le violoniste Yehudi Menuhin affirmait : « Un jour, dans ce monde moderne, plus personne ne saura allumer un feu. Heureusement qu’il y aura des Tsiganes ».
Les hommes et les femmes qui gouvernent l’Europe et qu’on appelle l’élite ne sont ni bienveillants ni prévoyants. Comme me disait récemment une vieille Tsigane : « Pour moi, l’élite, ce sont les hommes et les femmes qui ont du cœur ». Le cœur est-ce que ce n’est pas ce qui manque le plus aujourd’hui ? Est-ce que la société européenne ne va pas de plus en plus vers l’inhumain ? Être le premier, écraser tout le monde, c’est là que va le monde. Tout ça n’est peut-être qu’une question de goût, sauf que le goût s’est effondré dans ce pays.
On accuse les Gitans d’avoir de belles caravanes. Ça ferait sûrement plaisir à beaucoup de monde si toutes les caravanes gitanes étaient délabrées. Et si on avait de la morve au nez, ce serait encore mieux ! Ce que les sédentaires ignorent, c’est que quand un garçon et une fille se marient, les deux familles et les amis se cotisent pour leur acheter une caravane. Et en plus ils prennent un crédit. La plupart des Gitans français travaillent. Les Tsiganes qui viennent de l’Est pourraient faire des travaux que les Français ne veulent plus faire. Ils ont le droit d’être en France, mais ils n’ont pas le droit de travailler. Ils sont condamnés à la mendicité, qui est interdite elle aussi. À l’âge de 20 ans, j’ai quitté ma famille qui avait un grand cirque et, pour subsister, je faisais mon numéro de cirque dans les rues de Paris. Jusqu’au jour où ça a été interdit…
Pour faire de la musique dans le métro parisien, il faut une autorisation. Si vous jouez mal, on vous la refuse. Mais si un homme tend la main vers vous, c’est qu’il n’a pas d’autre solution. La RATP fait une différence entre les mendiants qui ont du talent et ceux qui n’en ont pas. Quand il ne m’a plus été possible de faire mon numéro dans la rue, j’ai rempaillé des chaises que me donnaient plusieurs brocanteurs. Jusqu’au jour où l’on ne m’a plus rien donné. Les chaises partaient en Asie pour être rempaillées à moitié prix. Le monde moderne a supprimé tous les petits métiers. Aujourd’hui, il faut des diplômes pour être balayeur. Sauf que les diplômes, nous n’en voulons pas. Être médecin, architecte, avocat, contrôleur du métro ou caissière de supermarché, ça ne nous attire pas. Et nous contestons la durée des cours et l’enseignement donné dans les écoles.
Le gouvernement déclare la guerre à la délinquance. Une annonce de plus. Si on veut vraiment s’attaquer à la délinquance, c’est très simple, il faut qu’il y ait de la justice. Dans un monde où les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres, c’est bien la preuve qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. La société occidentale va mal, et ce n’est pas en tapant sur les plus pauvres et les plus faibles que la société ira mieux.
Il paraît que pour la plupart des gens nous devenons ce qui nous entoure. Si c’est vrai… c’est terrible. Il paraît que les français regardent les programmes de télévision plusieurs heures par jour. Si on voulait abrutir un peuple, on ne s’y prendrait pas autrement. À l’âge de 8 ans, j’ai fait trois écoles en six mois. Je ne me suis jamais assis sur le banc. J’ai appris à lire et à écrire à l’âge de 20 ans. J’étais amoureux d’une Française (non gitane), elle a eu la gentillesse de m’apprendre. Aujourd’hui, je dirige avec mon épouse, une Tsigane roumaine, un petit cirque et je joue du luth baroque. Le baroque français est pour moi ce qu’il y a de plus beau en musique et je viens de publier mon troisième recueil de poèmes, « Sur l’épaule de l’ange », aux Éditions Gallimard. Nicolas Sarkozy a lancé la discussion sur l’identité nationale. J’ai envie de lui dire : « Monsieur le président, commençons d’abord par défendre la langue française. Moi qui suis gitan et qui n’ai pas été à l’école, je parle moins mal le français que vous ». Je n’ai pas remplacé le mot travail par le mot « job ». L’identité nationale, je pense que c’est être à l’aise dans ce pays, respecter ses lois, connaître l’Histoire de France dans ses grandes lignes, mais surtout ses artistes : peintres, musiciens, poètes…
On nous dit : « Vous avez des droits et des devoirs ». Nous sommes d’accord avec ça. Mais, qu’on soit gitan ou pas, tout le monde dans ce pays est d’accord pour dire qu’il y a des lois qui ne sont pas respectables. Et pourquoi des millions de Français ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale ? La dernière loi, une de plus, pour interdire la fessée… C’est dommage, car il y a des responsables politiques de gauche et de droite qui en mériteraient une bonne, de fessée !
Alexandre Romanès, Créateur avec son épouse Délia du Cirque Romanès. Né en 1951, il publie des poèmes chez Gallimard (dernier ouvrage paru : « Sur l’épaule de l’ange »).
Le Nouvel Observateur N° 2387 du 5 août 2010

vendredi 17 septembre 2010

Moi aussi j'ai un rêve : ne plus voir cela

1939 à 2010 : les années ont passé mais les mentalités sont identiques



Hier soir j’ai regardé sur DVD le film LA RAFLE et dès sa sortie j’avais vu LIBERTE.








Aujourd’hui nous sommes en 2010 et ces deux films relatent les faits des années noires pour les « indésirables » Rrom et Juifs. Qui peut me dire que les temps ont changé ?

Interdiction de circulations en 1940 pour nos communautés, maintenant interdiction de stationnement, les termes sont modifiés mais le fond reste identique.
A la même époque, pour déporter les Juifs, ils étaient déchus de leur nationalité et aujourd’hui l’on nous parle également de perte de nationalité.

Les campements dits illicites sont démantelés et les familles sont reconduites, non plus dans des wagons à bestiaux mais par avions là il y a du changement de transport mais la façon est identique.

Nos gouvernants ont voulu l’Europe, l’Europe qui donne, normalement à tous ses ressortissants la libre circulation des biens et des personnes. Foutaise, pour la Bulgarie et Roumanie ils ne sont pas rentrés dans l’espace Schengen alors trois mois de séjour et DEHORS.

Il existe une certaine collusion entre le gouvernement actuel et les propos de Front National et en 1940 c’était la collusion entre les nazis et le gouvernement de Vichy. Il est à souligner c’est qu’ l’Allemagne ne rejette pas ses Rrom. Cherchez l’erreur.

mercredi 15 septembre 2010

Partage d'un ami de FACEBOOK

Je suis fatigué de voir des coms gadjé d'internet, qui parlent à la place des Rroma!
Ils surfent sur ...nos espoirs , luttent juste pour se donner bonne conscience ? Un effet de mode journalistique? Politiques?
Stop! aujourd'hui, ils surfent sur nous, demain ce sera sur les black, après demain sur les chinois et pourquoi pas sur les chiens? Sait-on jamais!
Je ne suis pas en colère, mais triste de voir qu'ils ne respectent même pas le travail des associations , dont pourtant, s'y trouvent des gadjé, que je salue bien haut, pour le respect et la connaissance du sujet.
Stop! à ceux qui pensent qu'ils n'y a qu'une pensée unique! Apprenez à nous connaître avant de juger ce qui est bon ou pas pour nous et surtout pour notre génération futur!
Par :Alejandro Del Toro Montserrat

Il n’y a pas que dans les camps dits illicites que l’on chasse les Rrom




Nous sommes responsables de l’association NOTRE ROUTE depuis plus de 17 ans et cela dérange.

Le 28 juillet dernier le gouvernement prenait des directives à l’encontre de la communauté Rrom, communauté à laquelle nous appartenons.

Non nous ne vivons pas dans un « camp illicite » mais les forces de l’ordre sont sur toute la communauté.

Notre président délégué circule très souvent pour aller régler des dossiers administratifs et utilise, bien sûr, un véhicule.

Comme de bien entendu nous sommes connus des administrations et des forces de police.
Cela fait trois semaines, à l’arrivée d’un rond-point se trouvait un contrôle routier, normal mais un seul véhicule est arrêté, celui de notre vice président. Il venait de se changer et avait oublié son portefeuille alors quand on lui demande son permis il ne l’avait pas, d’autre part l’officier de police lui demande les papiers du véhicule, pas de problème dans le véhicule il y a les photocopies de la carte grise et de l’assurance. La loi nous dit que nous avons cinq jours après un contrôle pour présenter à sa gendarmerie tous les papiers, non vous vous trompez, on lui a bloqué le véhicule.

Encore notre vice président, ce jour il a subi une chasse poursuite et pourquoi ? Censément pour manque de ceinture de sécurité prétexte erroné car ayant des problèmes cardiaques il ne peut porter la ceinture qu’au niveau du ventre. Lorsqu’ils l’ont arrêté ils se sont rendus compte qu’il portait la ceinture mais de suite un jeune gendarme s’est permis de le tutoyer avec menaces, alors qu’il a des cheveux blancs et que l’on voit bien qu’il n’a plus vingt ans ! Voyant qu’ils l’ont suivi sans aucune raison mais ne voulant pas en rester là ils ont contrôlé les photocopies des papiers du véhicule, pas de problème juste que c’est un véhicule que l’on nous a prêté et que le propriétaire a déménagé il y a environ un mois. Les officiers de gendarmerie demande qui est le prêteur (c’est mon fils) et où il habite et notre vice-président a donné sa nouvelle adresse sans rien cacher, ouf ils ont trouvé pour mettre une amende : défaut de changement d’adresse sur la Carte Grise = 90 € d’amendes.

Nous nous réservons le droit de porter ces affaires devant Monsieur le Procureur de la République

mardi 14 septembre 2010

Monsieur Brice HORTEFEUX nous répond

Vous trouverez ci-dessous la réponse du Ministère de l'Intérieur.

Comme à leur habitude ils se renvoient la balle et ne répondent pas vraiment sur le fond du problème et continuent leur action.




A quand le respect et la paix pour les Rrom?



Certains médias font de la véritable information sur la vie des populations Rrom, d’autres ne font que de l’information ponctuelle, d’autres en font le moins possible. Mais pour tous ceux-là c’est du ressort de leur libre arbitre et de leur vision individuelle des choses, nous ne pouvons les blâmer, ce n’est en aucun cas notre rôle.

Mais force nous est de constater, pour beaucoup d’entre eux, leur égarement vieux de 65 ans. Si aujourd’hui ils reviennent un peu sur la situation quotidienne de nos populations et leurs vies, cela s’apparente peut-être un peu à la triste réalité dont nous sommes victimes mais il ne peut y avoir en aucun cas de mal pour un bien. Car ce que nous subissons aujourd’hui sera toujours un mal et si cela cesse, ce que nous souhaitons vivement le plus rapidement possible, nous ne considérerons jamais notre nouvelle situation comme un bien issu d’un mal. Ou alors il faudra faire admettre le contraire aux familles de ceux qui ont péri dans les camps ou plus près de nous ce qui s’est passé en Italie, Hongrie, etc. Et encore plus près de nous ce qui s’est passé en mai 2008 à Draguignan Joseph GUERDNER, cette année Luigi à Saint Aignan,, le jeune gitan de 14 ans poignardé à Béziers et celui qui a été battu à mort en prison et nous ne sommes pas informés de tout.

En leur mémoire allez dire aux familles que c’est un mal pour un bien, nous, nous nous y refusons.

lundi 13 septembre 2010

Gitanie une terre que nous n'avons pas



Peut-être que nos dirigeants devraient écouter et regarder les images pour mieux comprendre notre communauté car comme le dit cette chanson nous n'avons pas de terre de retour

France Info 17h51 : Expulsions : nouvelles circulaire de M. HORTEFEUX

Le ministre de l’Intérieur dit vouloir "lever tout malentendu sur une éventuelle stigmatisation" des Roms. La nouvelle circulaire qu’il a "tenu à signer personnellement" demande aux préfets de poursuivre les évacuations de camps illicites "quels qu’en soient les occupants" - la précédente stipulait qu’il fallait démanteler en priorité les camps occupés par des Roms...
La précédente circulaire a suscité un tollé pendant tout le week-end - à tel point que des associations ont saisi le Conseil d’Etat. Du coup, on comprend la démarche du ministre de l’Intérieur, qui annonce aujourd’hui avoir “tenu à signer personnellement” une nouvelle circulaire aux préfets, relative aux évacuations de campements illicites.

La mention "Roms" a disparu du texte... La circulaire du 5 août dernier, signée du directeur de cabinet de l’Intérieur, enjoignait aux préfets une “démarche systématique de démantèlement des camps illicites, en priorité ceux de Roms”.
Le ministère de l’Intérieur avait eu beau expliquer que le mot "priorité" n’avait qu’un contenu chronologique opérationnel, par rapport aux gens du voyage, rien n’y a fait ; la classe politique a hurlé au loup.

La circulaire signée aujourd’hui par le ministre, en personne, mais dans la précipitation, se veut plus apaisante ; elle demande aux préfets de poursuivre les évacuations de camps illicites “quels qu’en soient les occupants”.
Voilà qui devrait, selon Brice Hortefeux, “lever tout malentendu sur une éventuelle stigmatisation” des Roms.


Monsieur HORTEFEUX a enlevé du texte le terme Rrom. Peut-être qu'il pense comme cela calmer les associations, le Parlement Européen, l'ONU, etc.

dimanche 12 septembre 2010

Flagrant délit de mensonge




Monsieur BESSON, toutes les informations qui tombent démontrent chaque jour que vous vous êtes investis dans un mensonge d’état en tant que ministre y compris devant les euro députés en disant « qu’il n’y avait aucun plan anti Rrom ».

Les circulaires du 05 et 09 Août 2010 prouvent le contraire, les Rrom sont des personnes respectables et vous en prendre à une ethnie n’est pas compatible avec votre rôle de ministre.
Monsieur BESSON, vous vous honoreriez en démissionnant d’un poste que vous ne méritez plus.

Dossier Joseph GUERDNER qui laisse trois orphelins




Assises du Var : un gendarme jugé après la mort d'un gardé à vue
Publié le dimanche 12 septembre 2010 à 17H24 Journal LA PROVENCE


Christophe Monchal, un adjudant de gendarmerie de Draguignan âgé de 43 ans, est jugé à partir de lundi par la cour d'assises du Var pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, par personne dépositaire de l'autorité publique dans l'exercice de ses fonctions. Un crime puni de vingt années de réclusion criminelle.

Le 23 mai 2008, il avait ouvert à sept reprises le feu sur Joseph Guerdner, un gardé à vue qui tentait de s'évader. Soupçonné d'être impliqué dans le vol d'un semi-remorque avec séquestration de son chauffeur, il avait été atteint par trois ou quatre projectiles dont l'un lui avait transpercé le thorax. En août 2009, les juges d'instruction de Draguignan avaient considéré que le gendarme avait agi dans le strict respect de la loi, l'exonérant de toute responsabilité pénale.

La cour d'appel a eu une lecture différente. Estimant qu'il n'existait pas d'"absolue nécessité de recourir à la violence", la chambre de l'instruction a renvoyé le gendarme devant les assises. La communauté des gens du voyage à laquelle appartenait la victime, âgée de 27 ans et père de trois enfants, avait vivement réagi, à l'époque des faits.


Chant émouvant que nous avons entendu lors des obsèques de Joseph

Adieu l’ami, adieu mon frère
Paroles et musique : Jean-Claude GIANADDA


Refrain :
Adieu l’ami, adieu mon frère,
Là où tu vas ne m’oublie pas !
Et souviens-toi de la lumière
Qui remplissait nos chants de joie.

Puisque la vie n’est qu’un : “ je t’aime ”,
Puisque la vie n’est qu’un combat,
Je garderai, comme un poème,
Ton grand regard posé sur moi.
Adieu l’ami, adieu mon frère,
Là où tu es, ne m’oublie pas !
Et souviens-toi de la lumière
Qui remplissait nos chants de joie.

1.- Si dans mes yeux, il y a des larmes,
C’est rien, tu sais, ça passera ;
Il est des douleurs qui désarment,
Des souvenirs qu’on n’oublie pas.

2.- J’peux pas y croire, tellement c’est bête,
Pas même fini de commencer !
Toutes ces rencontres et toutes ces fêtes
Et puis tous ces gens à aimer !

De nos projets, de nos voyages,
De nos secrets, il restera
Ce qui embellit un visage,
Cet essentiel qu’on ne voit pas !
Là-bas, où le soleil se lève,
Là-bas, où la vie n’est que joie,
Où les pleurs et les cris s’achèvent
Je sais, qu’on se retrouvera...
On se retrouvera.

vendredi 10 septembre 2010

COMITE DE SOUTIEN au CIRQUE TZIGANE ROMANES




LE CIRQUE TZIGANE ROMANES à Paris, fait aujourd’hui partie du paysage artistique Européen.
« Nous les Tziganes, on nous accuse de tout et notamment d’envoyer nos enfants faire la mendicité et voler ; il faudrait une bonne fois pour toutes savoir ce que l’on veut : je demande aux parlementaires français de ne pas jeter mes enfants dans la rue et de leur permettre d’apprendre et d’exercer le métier qu’ils ont choisi » Alexandre ROMANES.
Afin de permettre au Cirque ROMANES de continuer son activité, nous, membres de ce collectif demandons aux autorités françaises :
• de réattribuer aux musiciens roumains du Cirque ROMANES les autorisations de travail qui leur ont été injustement retirées
• d’autoriser le Cirque ROMANES à employer les artistes roumains et bulgares avec qui ils travaillent depuis des années
• de demander au Procureur de la République d’abandonner les poursuites à l’encontre du Cirque et de ses dirigeants du fait de la participation de leur fille à leur spectacle
• de proposer aux parlementaires français d’avoir la gentillesse de ne pas interdire aux enfants du Cirque d’exercer le plus tôt possible un des rares métiers encore apprécié de la jeunesse.

Un Grand Merci à tous …a très bientôt !
Alexandre et Délia Romanès.
Contact: 06 99 19 49 59/ 06 07 08 79 36
Email : cirque.romanes@wanadoo.fr
SIGNATURES : Nom prénom, qualité, téléphone…
A faire suivre s’il vous plait.

SOUTENEZ LE CIRQUE ROMANES




4 octobre · 19:30 - 20:00

--------------------------------------------------------------------------------

Lieu Chapiteau Cirque Romanès Au niveau de 42-44 Boulevard de Reims, Paris 17ème

--------------------------------------------------------------------------------


En savoir plus Lundi 4 octobre 2010 à 19h30



Soirée de soutien au Cirque Tzigane Romanès ...


L'existence du Cirque est menacée !



Nouveau spectacle de la famille Romanès à 19h30



" LES TZIGANES TOMBENT DU CIEL "



Entrée : participation libre



Ils veulent nous mettre dans l'avion . Notre existence est menacée !!!

Le Cirque Romanès a besoin de VOUS, SOUTENEZ-LE !



Malgré le retrait des autorisations de travail de nos musiciens nous commencerons quand même a donner des spectacles

à partir du 6 novembre 2010



Lieu de l'événement :

Chapiteau Cirque Romanès

Au niveau de 42-44 Boulevard de Reims, Paris 17ème
( à l'angle de la rue de Courcelles )
Métro : Porte de Champerret

Tel : 01 40 09 24 20 / 06 88 09 22 67 /06 99 19 49 59.

Site Internet : www.cirqueromanes.com

Myspace : http://www.myspace.com/cirqueromanes



Merci pour tout.

Je vous embrasse de tout mon coeur,

Délia "La Terrible".

06 99 19 49 59.

jeudi 9 septembre 2010

Gérard Ferrer He Venido Decirte que me Voy

"Venceremos" for Chile N’oublions jamais et soyons attentifs





Le 11 septembre 1973, il y a trente sept ans, coup d’état au Chili contre le gouvernement élu dirigé par le président Salvador ALLENDE.

Après FRANCO, MUSSOLINI, HITLER avènement d’un autre dictateur PINOCHET qui précèdera les argentins PERON et VIDELA.

Ce 11 septembre 1973 le président élu démocratiquement Salvador ALLENDE se suicide au palais de la Moneda plutôt que de se rendre et une partie du peuple sera interné notamment dans le stade de SANTIAGO du CHILI. Ceux-ci scanderont, malgré les menaces et les tueries, outre celui d’Allende, deux noms, celui du poète chilien Pablo NERUDA mort pendant les évènements et celui à qui la nouvelle dictature avait fait coupé les doigts, Victor JARA.

Les internés chanteront VENCEREMOS et clameront aussi PABLO NERUDA va renaître et VICTOR JARA va rejouer de la guitare.

Alors une pensée pour ces victimes du coup d’état en ce 37ème triste anniversaire.

mercredi 8 septembre 2010

Jocelyne Labylle (laisse parler les gens)



Laisse Parler les gens (Jocelyne Labylle – Cheela

Laissons parler les gens
Laisse parler les gens


Moi je viens d’Afrique et tu viens d’ailleurs
Et alors ?
Je viens des Antilles et moi je vis ailleurs
Et alors ?
On dit que chez toi les hommes sont tous beau-parleur
Et alors ?
On dit du mal sur vos hommes et leur valeur
On s’en fou !

Laissons parler les gens
Laissons parler les gens, vas y, vas y
Laisse parler les gens

On dit que ton gars a déposé
Et alors ?
On dit que c’est pas lui le père du dernier (Ah bon ?!)
Et alors ?
On m’a dit que t’as des factures à payer
Et alors ?
Que tu es pourchassée par tous les huissiers
On s’en fou !

Hey ! ma sœur si tu emprunte le chemin de « je m’en fou »
Tu vas te retrouver au village de « si je savais » (si je savais !)

Laissons parler les gens
Laisse parler les gens
Laissons parler les gens
Oui, laisse parler les gens

Hum c’est bon ça !
Va chercher bonheur à gauche
Va chercher bonheur à droite
Ah… Jacob

Va chercher bonheur à gauche
Va chercher bonheur à droite
Oui, va !

Qu’est-ce qu’il dit Passi
Laisse parler les gens
Laisse, laisse parler les gens

On dit que tu aime te la raconter
Et alors ?
On dit que c’est toi le miel des hommes en soirée
Et alors ?
On dit que tes fringues c’est du prêt a prêter
Et alors ?
On dit que c’est toi la pétasse du quartier
On s’en fou !


Laissons parler les gens, vas y, vas y
Laisse parler les gens
Laissons parler les gens
Oui, laisse parler les gens, hum !


On dit qu’avec la bouteille tu t’es marié
Et alors ?
On dit aussi que ton mari est fauché (C’est faux dé !)
Et alors ?
On dit que ton petit ami est un gay
Et alors ?
On dit ci, on dit ça pour dénigrer
On s’en fou !

Tu m’envie, et pourquoi
Demain on est plus, demain on est plus
Vis tas vie, oublie moi
Demain on est plus, demain on est plus

Laissons parler les gens
Laisse parler les gens
Laissons parler les gens
Oui, laisse parler les gens

Va chercher bonheur à gauche
Va chercher bonheur à droite
Va chercher bonheur à gauche
Va chercher bonheur à droite…

dimanche 5 septembre 2010

Sarah Gérard Ferrer -extrait de La Légende de Sarah-



Une chanson très peu connue à découvrir

Revenons sur la Loi BESSON




Savez-vous exactement de quand date cette loi. Pour beaucoup d’entre vous elle daterait de l’an 2000 : faux.

En réalité cette loi date du 31 MAI 1990 n° 90-449 adopté par l’Assemblée Nationale sous le n°160.

Dans cette loi il y avait un article qui gênait les municipalités ainsi que nos communautés. En 1999, après plusieurs années de demandes les associations, entre autres l’AREAT, NOTRE ROUTE et plusieurs associations de la région parisienne ont modifié cet article lors de nombreuses réunions sous la responsabilité de Monsieur Louis BESSON et Monsieur DOUTRELIGNE, mais pourquoi ?

Pour pratiquement aucun effet car encore aujourd’hui beaucoup de municipalités préfèrent payer une amende plutôt que de réaliser une aire. Si vous voulez savoir pourquoi, à plusieurs reprises nous avons rencontré des élus concernant ce problème, leur réponse : « nous refusons de créer des aires car aux élections qui vont suivre les électeurs nous le feront payer. » Donc en clair ils préfèrent augment les impôts locaux et exacerber le racisme et la xénophobie de fait plutôt que d’être dans la légalité.

Nous connaissons une commune qui a organisé un camp qui aujourd’hui s’appellerait illicite, avec à 50 mètres une Centrale de Gaz avec tous ses dangers, ce camp se situe en contrebas d’une route à circulation assez conséquente de poids lourds, voitures etc. au risque, si un véhicule venait à franchir le rail de sécurité de voir une véritable catastrophe se produire. De plus cette municipalité installe, de temps en temps quelques caravanes sur un ancien parking d’une grande usine, bien à l’abri des regards, non visibles de la route, sans aucune commodité. Et tout cela se passe sur une commune dit à caractère social.

samedi 4 septembre 2010

"Gens du voyage" : une expression pour beaucoup de visages

"Gens du voyage" : une expression pour beaucoup de visages Cliquez ici pour visionner la vidéo

Des affirmations que notre association a révélées depuis plus de 15 ans

A transmettre aux générations futures

REPONSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PAR LE TRUCHEMENT DU SECRETAIRE D'ETAT A LA DEFENSE


Les communes qui expulsent et le droit de vote



SOYONS COMME CE NIGLO : CALMES

Combiens ne veulent pas rentrer dans le cadre de la loi Besson ? Plus de la moitié !

Combiens sont en règle au regard de cette dite loi, très peu. Lille par exemple, commune à direction socialiste (gauche), depuis plus de 40 ans, cela ne l’a pas empêché dès début mars 2010, donc bien avant les annonces gouvernementales, de démanteler un camp de Rrom.

Lorsque nous disons de ne pas se laisser prendre au piège des récupérations politiques, nous sommes persuadés d’avoir raison.

Il faut savoir que pour être inscrit sur les listes électorales il faut justifier de son adresse : une personne hébergée, dans bon nombre de communes, ne peut s’inscrire sur ces listes. Quant aux itinérants : forains ou autres qui ont un carnet de circulation donc avec une commune de rattachement devront attendre trois ans pour savoir s’ils vont oui ou non figurer sur une liste électorale.

Alors dans un premier temps au lieu de dire tout et n’importe quoi afin d’exercer une certaine récupération, les partis politiques et leurs représentants feraient mieux dans les instances où cela est possible de convaincre les parlementaires réticents d’arrêter les expulsions dans toute la France.

A nos frères et sœurs Rrom nous disons aujourd’hui manifestez dans le calme et la dignité mais surtout évitez de répondre aux sirènes de tel ou tel parti politique qui vous font miroiter monts et merveilles, vous savez très bien qu’au bout du compte ils ne règleront aucun de nos problèmes.

DOSTA A TOUTES LES EXPULSTIONS SANS EXCEPTION

jeudi 2 septembre 2010

La Saga des Rrom volet 4

APPEL de l'UNION ROMANI pour le 4 SEPTEMBRE



02.09.2010

CONCENTRACIONES EN MADRID Y EN BARCELONA
Sábado día 4 de septiembre

En MADRID



Desde el Movimiento Asociativo Gitano Madrileño os convocamos para el próximo día 4 de Septiembre a las 12:00 h. ante la Sede de la Unión Europea, Pº de la Castellana nº 46, a la concentración pacífica en la cual se leerá un manifiesto de apoyo a los gitanos rumanos que están siendo deportados por el Gobierno francés.

Esta concentración, se llevará a cabo de manera simultanea en diversas ciudades europeas a la misma hora, entre ellas París, la ciudad de la luz, que se ve actualmente ensombrecida a consecuencia de las políticas de expulsión nuestros hermanos gitanos rumanos por el presidente Sarkozy.



En BARCELONA



Desde la Federación de Asociaciones Gitanas de Cataluña (FAGiC) apelamos a la conciencia de las organizaciones civiles y políticas, a fin de que en la medida de las posibilidades, presionen con firmeza, valentía y decisión, con el objetivo de desenmascarar actitudes abiertamente racistas que está sufriendo el Pueblo Gitano en no pocos países europeos.

Por eso, tenemos previsto realizar una concentración para el día sábado 04 de setiembre por ser ese día en donde se desarrollará la manifestación convocada en Francia-así como en la mayoría de los países- frente al Consulado francés en Barcelona. La concentración comenzará a las 11.30 horas en Ronda Universitat, 22.




CONCENTRATIONS à Madrid et Barcelone
Samedi 4 Septembre

MADRID



Les associations Rrom de Madrid, vous appellent pour le 4 Septembre à 12h00 au siège de l'Union européenne, Paseo de la Castellana n º 46, à un rassemblement pacifique pour lire un manifeste en faveur des Tsiganes roumains expulsés par le gouvernement français.

Cette manifestation aura lieu simultanément dans plusieurs villes européennes en même temps, y compris à Paris, ville lumière, qui est actuellement éclipsé par suite de la politique à l’encontre de nos compatriotes roumains expulsés par le président Sarkozy.



En BARCELONA



La Fédération des associations gitanes de Catalogne appelle à la conscience des organisations civiles et politiques, ainsi que la presse dans la mesure du possible, avec fermeté, courage et détermination, afin de dénoncer les attitudes ouvertement racistes dont souffrent les Roma dans nombres de pays européens.

Par conséquent, nous avons planifié une opération de concentration, le samedi 04 Septembre parce que c’est ce jour là qu’elle aura lieu en France, et dans la plupart des pays d’Europe. Cette concentration aura lieu devant le consulat de France à Barcelone et commencera à 11.30 heures à Ronda Universitat, 22.

A propos des manifestations prévues pour le samedi 4 septembre 2010

Dans un premier temps, il est certain que nous participerons à une des ces manifestations.

Nous renouvelons notre appel à des manifestations pacifiques, dans le calme et la responsabilité et surtout soyons vigilants aux tentatives de récupérations politiques qu’elle soit de gauche, de droite ou des extrêmes. Il est certain que la perspective de récupérer tout ou partie des voix potentielles représentées par nos communautés doit donner des idées aux dirigeants politiques de notre pays.

Les manifestations en France et dans les pays d’Europe doivent les sensibiliser au plus haut point mais historiquement qu’ont-ils fait pour nos communautés ? A part de nous pourchasser de tous temps pour en arriver en 1940 à « pondre » une loi interdisant à nos populations de circuler librement pendant tout le temps de la guerre sous peine de déportation.

Tout le monde sait ce qu’il en a résulté : au moins 750 000 des nôtres ont péri dans les camps nazis et le dire n’est pas sombrer dans la victimisation.

Chaque français avait cru comprendre, pendant la campagne présidentielle de 2007, que Monsieur SARKOZY combattait les idées du F.N. mais force est de constater qu’à côté de ses sbires emmenés par le Ministre de l’Intérieur les « racistes » du F.N.font figure de petit garçon en matière d’exclusion. Le but pour Monsieur le Président de la République, et tout le monde l’a bien compris, c’est d’être réélu en 2012 ou dans le plus mauvais des cas pour lui faire élire Marine LE PEN.

Quant à la gauche à notre égard, après avoir élaboré une loi, à laquelle nous avons participé activement en tant qu’association (loi Besson), du temps où elle était au pouvoir, n’a jamais été apte à la faire appliquer, et les résultats sont là aujourd’hui.

Nos populations sont plus décriées que les plus grands voyous, et quand ces messieurs parlent de criminalité, à laquelle font-ils allusion ? Parlent-ils de celles en cols blancs par exemple, celles confortables des salons dorés, plus insidieuses car invisibles et silencieuses dont le coût ne nous vient même pas à l’idée.

Aujourd’hui un ouvrier obtient, dans le meilleur des cas, une augmentations de salaire de 2,5% par an, un retraité 1% de sa pension retraite. Sous le gouvernement RAFFARIN 110% d’augmentation de salaire pour le premier ministre, 70% pour ses ministres. Lors de son élection Monsieur le Président de la République passe, sur décision personnelle, de 6 000€ mensuel à près de 21 000€ mensuel, et là aucune réunion avec les partenaires sociaux.
Aujourd’hui, Madame Christine LAGARDE annonce et nous citons « aucune augmentation d’impôt avant les élections de 2012 », dans un même temps à 13h00 au journal sur TF1 du 02/09/2010, Monsieur PERNOD annonce une augmentation de la taxe d’habitation d’un minimum de 2,5% jusqu’à 14%, voilà la politique actuelle.
Des pauvres encore plus pauvres, des riches encore plus riches mais tout cela c’est la faute des Rrom, car si nous n’étions pas là quels seraient les boucs émissaires ?

Alors à nouveau nous disons : gardons les yeux ouverts et le 4 SEPTEMBRE ne répondons pas aux provocations et démontrons par le calme que nous sommes des gens responsables.

Enseignement obligatoire




La loi no 11696 du 8 mars 1882 rendait l'enseignement primaire obligatoire en France. Le texte de loi ne vient qu'appuyer de nombreux efforts de scolarisation, même s'il reste alors en France quelque 600 000 enfants non scolarisés. La loi vise les enfants des deux sexes, âgés de six à seize ans.

L'enseignement primaire comprend :
L'instruction morale et civique;
La lecture et l'écriture ;
La langue et les éléments de la littérature française;
La géographie, particulièrement celle de la France;
L'histoire, particulièrement celle de la France jusqu'à nos jours;
Quelques notions usuelles de droit et d'économie politique;
Les éléments des sciences naturelles physiques et mathématiques;
Les éléments du dessin, du modelage et de la musique;
La gymnastique

Il est à noter que l’école n’est pas obligatoire mais l’ENSEIGNEMENT.

Il est vrai que le fait de fréquenter un établissement scolaire permet d’aborder la vie en communauté, l’échange etc.

Mes petits-enfants, comme les autres ont repris le chemin de l’école. Ma petite-fille, Sarah, âgée de 14 ans, a rencontré de gros problèmes d’agression à son collège et ne souhaitait plus continuer, oui mais l’école est obligatoire (ou l’enseignement) jusqu’à 16 ans.

Alors une solution a été trouvée. Elle souhaite devenir coiffeuse et le problème de l’âge était là, une seule solution : l’école privée. En mai 2010 elle passe des tests pour intégrer cette école privée et les réussi, donc elle est admise. Ses parents l’inscrivent vu que les deux précédentes années ont été un échec total suite à ses agressions et Sarah était devenue très indisciplinée.

Encore une chance que ses deux parents ont un emploi car cette scolarisation (ou enseignement obligatoire) leur coûte annuellement 4 800 € et comme c’est une école privée sans AUCUNE AIDE. Bravo l’éducation nationale

mercredi 1 septembre 2010

Sa e roma ande lumia, t'aven baxtale! Vidéo de soutien



Cette vidéo nous a été transmise par Yardani et Elena

Des images qui devraient faire réfléchir Monsieur le Président, le Ministre de l'Intérieur et ceux qui leur donne raison.

Comment rester insensibles devant ces enfants apeurés.

En fin de vidéo vous retrouverez des visages connus qui ont des liens familiaux ou autres avec nos populations.