dimanche 1 août 2010

Beaucoup de questions se posent suite aux positions gouvernementales au sujet des Rrom.


Il faut se souvenir que chaque fois en Europe (l’histoire est là pour en attester) les gouvernements s’en sont pris à nos populations et l’on connaît les résultats.

L’exemple le plus flagrant : ce sont les lois qui ont été pondus en Allemagne concernant nos populations bien avant la seconde guerre mondiale. Franco en Espagne, Mussolini en Italie, Hitler en Allemagne et la veule soumission de Pétain au IIIème Reich créant une lois dès 1940 interdisant à nos communautés de se déplacer sur le territoire français pendant tout le temps de la guerre sous peine d’emprisonnement (internement).

Va-t-on revenir à un nouvel ordre européen ANTI Rrom de même type avec ce que permet le gouvernement de Monsieur Berlusconi en Italie brûlant les campements Rrom aux lance flammes, avec le gouvernement de Monsieur Zapatero en Espagne où progressivement on enlève le maximum de liberté au peuple Rrom d’Espagne, en Hongrie où sont brûlés les maisons vides ou même encore occupées. Aujourd’hui en France avec les lois de messieurs Sarkozy/Hortefeux nos populations d’Europe sont dans l’expectative et tout cela est très déstabilisant pour nous.

Il n’est pas dans nos propos de nier qu’ils puissent y avoir une minorité de délinquants chez nous (comme dans toutes les ethnies), mais le racisme envers nos populations est tel que les écarts de cette minorité sont inévitablement supportés par l’ensemble de nos populations et cela est difficilement admissible.

Bien sûr nous appelons l’ensemble de notre communauté au plus grand calme car rien ne se règlera par la violence tant verbale, écrite ou physique mais restons très vigilants.

Nous lançons un appel solennel à nos gouvernants afin qu’avant la mise en application de ces mesures, soient reçues les associations de défense des Rrom (Gitans, Tziganes, Yenishs et autres groupes analogues) car du manque de connaissance naît le racisme et de grosses erreurs.
Ceci permettrait certainement de trouver des solutions négociées afin d’éviter d’aller à l’extrémisme de part et d’autre.
Enregistrer un commentaire