lundi 1 février 2010

02 Février 2006 SALIERS : mémoire pour les 700 gitans internés dans ce camp


SALIERS, situé à 13 km d’Arles (13200), 250 habitants a, depuis quatre années, une stèle qui a été érigée aux abords de son ancien camp d’internement.


Il fut, à notre connaissance, le seul camp d’internement réservé aux gitans créé par le régime de Vichy.

SALIERS se voulait être un village modèle pour nos populations, situé en plein cœur de la Camargue à quelques kilomètres des Saintes-Maries-de-la-Mer.

Les premiers arrivés venaient du camp de Rivesaltes et durant l’été 1942 sont chargés des travaux.

Alors que les travaux ne sont pas terminés, fin novembre 1942, 300 gitans arrivent. Ils s’entasseront dans 26 cabanes.



Environ 700 gitans passeront par ce camp. Non là, pas de chambres à gaz mais des conditions de vie qui en feront périr plus d’un.

Lors de leur déportation il était dit aux familles de laisser leurs effets dans leurs caravanes qu’ils auraient tout au village de SALIERS !



De ce fait n’ayant pas de vêtements de rechange ils se sont retrouvés rapidement en loques. Ils étaient sous alimentés. Ce camp au milieu de la Camargue est balayé par le mistral, il n’y a pas d’arbres pour se protéger du soleil et si l’eau potable manque l’endroit humide favorise la présence des moustiques.

L’hiver froid dans les cabanes sans fenêtres le mistral cinglant fait que les habitants tombent malade.

Les « internés » travailleront dans les champs pour les propriétaires terriens de Saliers pendant que les femmes tiendront les maisons. Certains enfants seront enlevés à leur famille pour les placer à l’Assistance Publique. Beaucoup d’entre eux ne reverront jamais plus leurs parents.

Quand l’Etat de l’époque constate l’échec de Saliers il décide en Juillet 1944 de le fermer.

Conçu au départ comme une vitrine du régime de Vichy, le camp de Saliers a donné l’image d’une population abandonnée.

Au jour d’aujourd’hui il ne reste rien si ce n’est que la stèle commémorant tous ces gitans internés.

Cela s’est passé le 2 FEVRIER 2006, sous un mistral glacial que nous inaugurions cette stèle.

Ce jour là Emmanuel Migeot et Cédric Condom de Kilaohm Productions étaient présents. Ils ont réalisé un film documentaire sur ce camp intitulé : « un camp tzigane où il ferait bon vivre…. » avec la participation de Toute l’Histoire, du Centre National de la Cinématographie ….. avec les témoignages des personnes ayant été internées dans ce camp.


Enregistrer un commentaire